Against All + Px Pain + Pro-Pain
09 avril 2002 La Locomotive, Paris

En ce mardi 9 avril, La Loco s'est habillée de ses plus jolis t-shirts de métal pour accueillir ceux qui, quelques années auparavant, avaient déjà enflammé ces mêmes planches,Pro-Pain vient à Paris inspecter ses troupes, son "french taste of freedom" ! Les lieutenants de cette tournée se nommaient Against All et Px Pain (comme un air de déjà lu, nan ?). C'est donc au premier cité qu'incombe l'honneur de déverser ses décibels sur un public parsemé dont le tapotement du pied trahi l'adhésion. Très bourrin, très bien. Euuuh... une grosse voix, gros son de gratte, gros chœur... Si je puis me permettre, le seul bémol serait à mettre à l'actif du batteur, ingénieusement surnommé "Rick Flair" par ses collègue, cause à sa blonditude. On avait l'impression... comment dire... qu'il jouait sous un mélange de prozac et de lexo 1000... Fort heureusement, le beat du groupe est plutôt lent, donc ca passe, l'ensemble fut même bon (rapport au pied qui tape). Vint ensuite le tour des lauréats du concours du nom le plus original, Px Pain. Je suis salaud de chambrer, parce qu'en parlant d'originalité, à leur stand, ben c'est la première fois que je voyais, au milieu du fatras des t-shirt, des slips à l'effigie du groupe... la vie d'ma mère, des slips Px Pain...Ah, leur musique ? euuuh... bourrin ? ok, je développe. Ben c'était quand même pas super créatif, voire même un peu plat, et j'en veux pour preuve le pied gauche du public qu'on a bien vu arrêter de battre la cadence. A une exception près tout de même, parce qu'il y a quand même eu un gros pogo pendant leur set : lorsqu'ils ont fort bien repris "Slave new world" de Sepultura, mais c'est à peu près tout. Passons, c'étaient pas eux les vedettes de la soirée !
Alors par contre c'est La Loco hein, Pro-Pain a entamé son set à 23h45, pile poil l'heure de partir pour ceux en métro, sympa ! Heureusement que j'avais mon Moumou pour me sauver la life, soit dit en passant. En tout cas, ca a pas traîné, à 23h46 le pitt de La Loco s'immolait ! Rhaa c'est fatal avec eux, déjà ils ont en gros le même public depuis 10 ans, donc rien que des inconditionnels de base. Ensuite, ils jouent tous leurs morceaux encore plus vite, et n'hésitent pas à les enchaîner, sans laisser à un pauvre public, crachant ses dernières malbacks, la moindre chance de prendre une bouffée d'air. Un pogo a la place, ca vous irait ? Histoire d'expédier le coté promo au plus vite, Pro-Pain est directement parti sur 4 morceaux du dernier album (pas encore distribué à ce moment là), dont "Shreds of dignity" et "Gone fishing". Si vous voulez savoir comment ils sonnent, va falloir aussi lire la chronique du skeud ! Toujours est-il qu'une fois les formalités expédiées, on a eu droit, comme d'hab, à un panèle de toute leur discographie. Un concert de Pro-Pain, c'est pas une page de pub, c'est un aperçu stroboscopique d'une décennie d'activité, d'activisme devrais-je dire. Alors dans l'ordre chronologique des disques sur lesquels vous pouvez les trouver, les New-yorkais nous ont joué "Foul taste of freedom", "Make war (not love)", "Shine", "Get real", "In for the kill", "Fuck it"... et encore, je vous en ai mis qu'une par album !
Enfin, quand on kiffe on voit pas le temps passer, et quand on prend des coups dans la tête aussi, alors c'est nécessairement trop tôt que Pro-Pain nous a fait le coup du rappel. Une dernière bouffe pour la route ? Et c'est reparti pour un "Switchblade knive" (dédicacé à Rick Flair) tonitruant, enchaîné par un "Pound for pound", titre de leur premier album par lequel le groupe a entammé sa trajectoire, et qui venait boucler une boucle de 10 ans de vie commune, pour les pires des meilleurs. Et voilà, il est déjà une heure du mat', le marchand de sable gueule parce que, dit-il, avec ces conneries il a pas encore fini sa tournée. La salle pouvait se vider gentiment, la tête pleine de belles images et de beignes, salivant déjà en pensant à leur tournée de l'an prochain... dis monsieur Pro-Pain, hein que tu vas revenir ?