Point Mort - Pointless... Pourquoi ? Hein, sérieusement... Pourquoi ? Pourquoi se la jouer fleur et pastel ? Pourquoi nous envoyer des pétales roses, violet et turquoise si c'est pour nous arracher la tronche dès la première seconde ? C'est quoi le but ? Rappeler que Point Mort assume sa part de féminité ? Bullshit ! Conneries. Le groupe n'a rien de féminin, même sur les parties les plus claires et douces (Sam a une putain de voix qui sait tout faire), il n'y a rien de sexué, encore moins de sexuel, chercher des œstrogènes, c'est peine perdue, la seule touche féminine de ce Pointless..., c'est le "la" qu'on fout devant hargne, violence, brutalité, sauvagerie et fureur.

Variant les plaisirs entre écorchures et caresses à l'émeri, variant les langues pour les titres des morceaux, variant la longueur des compositions, il serait vain d'essayer de tracer le profil type d'une chanson de Point Mort, on peut passer de sonorités noisy à une rythmique black, d'un chant pop à un pilonnage en règle et sans détour. Si j'ai, par le passé, évoqué le post hardcore pour définir leur style, il est en fait bien plus complexe avec des éléments math, prog et même d'autres assez simplement "rock". On a donc un métal qui touche à tout mais n'est pas dénué de sens car aucune des touches n'est superflue, l'édifice construit reflète leurs émotions et nous ramène à des sensations, plutôt malaisantes certes, mais assez jouissives à écouter.


Point Mort ne respire toujours pas la joie de vivre (malgré donc cette fausse piste lors du premier contact visuel avec Pointless...), les Parisiens continuent de se forger une identité à part en amalgamant différents outils dans un même but : toucher leur cible. Et sache que tu es la prochaine !