Split Overmars | Kill the Thrill Après un split "classique" avec les nordiques d'Icos et avant un autre avec les américains de Starkweather, Overmars s'est enfermé en studio avec les Kill the Thrill afin de concevoir et donner naissance en commun à un effort collaboratif baptisé Büccolision, enregistré à la manière de l'excellentissime Ascension produit conjointement par Kehlvin et Rorcal cette année. Un split bicéphale réunissant d'un côté, des adeptes d'un post-hardcore caverneux tellurique et de l'autre, les spécialistes hexagonaux du monolithe rock-cold wave indus (Kill the Thrill donc pour ceux qui ne suivent pas...). Sont ressortis de cette session studio, deux titres "Büccolision - Revisitation Side A" et son alter-ego "... side B". Deux titres, paradoxalement antagonistes, le premier étant une longue plage ambient saturée aux effluves presque post-rock, le deuxième une incantation post-hardcore chaotique aux éclairs psychotiques. Une collaboration à la limite de la schizophrénie musicale, ou quand deux groupes complémentaires mais bien différents, fusionnent leurs approches artistiques pour produire un essai discographique déviant, aux lésions épidermiques.
Le résultat est à la fois original et dérangeant tant les deux facettes de la musique de ces groupes semblent se répondre, s'agglomérer dans notre esprit avant de se défragmenter douloureusement. Déroutant, perturbant, impossible de rester indifférent, soit on adhère soit on rejette violemment. Pas question de faire dans la demi-mesure, Overmars + Kill the Thrill, c'est une association hors-normes (pas la première du genre puisque Nicolas Dick, membre des KTT était déjà à la production de Born again, d'Overmars), la fusion transgenre offerte sur Büccolision aliénant peu à peu notre perception de la réalité. Celle-ci se faisant progressivement plus sombre, nébuleuse, elle égare l'auditeur quelque part dans entre le Ciel et l'Enfer et l'emmène dans un univers sombre et oppressant mais aux atmosphères obsédantes. Malgré les vertiges que procure l'exercice, on pourra néanmoins préférer le split avec Icos ou l'album Born again chez Overmars et dans le même temps 103 Barriers ou Tellurique pour KTT, mais il n'en reste pas moins qu'au final, ce split prend littéralement aux tripes. Une collision bucolique certes, mais pour le moins âpre et viscérale...