out live out live La salle du Splendid ?
Wolf : Watcha ! (rires) Ah non, c'est pas ça le jeu... (rires)
C'est in ou c'est out ?
Etn : C'est in d'abord !
W : C'est in, c'est vachement in et c'est Out aujourd'hui !
C'est une salle que vous aimez bien
W : Oui on l'aime bien parce que déjà on voit pas mal de concerts dans cette salle, c'est un grand club, c'est chaleureux...
E : C'est la salle qui accueille tous les groupes métal de tous les niveaux, c'est la référence pour les salles de métal sur Lille. C'est chaleureux, ce côté vieux théâtre, ça fait pas bunker... Tout est propre, nickel, par rapport à d'autres salles...
Le "bunker", c'est pour l'Aeronef ou le Grand Mix ? (rires)
E : Je ne sais pas, c'est à toi de voir, j'y suis jamais allé ! (rires)

Le public de Lille ?
W : C'est in !
E : En règle générale, c'est in... On verra si ce soir c'est out, mais dans les deux cas, ce sera Out !
W : Même quand tu parles avec des groupes d'autres régions, ils savent que quand ils viennent sur Lille, y'a toujours un bon accueil... La réputation des gens du Nord ne faillit pas, même dans le métal.
E : Ca fait un bout de temps qu'on n'a pas joué, donc on ne sait pas trop, on sait comment réagit le public lillois quand il y a des concerts métal mais nous, on n'a pas joué ici depuis très longtemps...
Les groupes lillois sont chouchoutés ici...
E : Oui, c'est vrai, on verra bien...

Le festival de Dour ?
W : C'est in et cette année, y'a Out donc c'est Out aussi ! Dour, c'est un bon festival, enfin, c'est bien et pas bien, l'année où on a fait pas mal de festivals, on avait fait de gros festivals métal, Dour, quand on est arrivé, c'était un peu bizarre, on jouait le troisième jour et on voyait que les gens regardaient un morceau et si ça leur plaisait pas, ils allaient ailleurs, comme s'ils faisaient leurs courses... A Dour, y'a des hauts et des bas. Mais ce qu'il y a de bien, c'est que pour pas cher, tu te fais un festival avec plein de groupes et dans la liste y'en a forcément que t'adores...
E : On fait un peu les difficiles mais par rapport à des festivals comme le Graspop où là, le public est beaucoup plus réceptif, les gens viennent pour écouter du métal... Mais cette année à Dour, y'a une super scène, les groupes qui s'enchaînent sur notre scène sont pas mal, ça devrait être bien...
W : Et chapeau à la Belgique, parce que ça a beau être un petit pays, quand tu vois le nombre de festivals par rapport à ce qui se passe en France... C'est carrément in !

Star Academy ?
W : Programme télé comme un autre...
C'est in ou c'est out ?
W : C'est out ! Mais pas dans le bon sens ! Qu'est-ce tu veux dire là-dessus ?
C'est juste pour te mettre dans la merde...
W : Mais c'est pas moi que ça fout dans la merde, c'est tous les petits jeunes qui se disent "je vais faire comme eux puisqu'il faut juste faire un casting pour devenir une star de magasines télés" et tu en as qui ne crois plus qu'en ça... Derrière, il ne se passe plus grand chose, si t'as dedans des talents qui durent un peu, si ça peut aider des chanteurs mais apparement t'as plein de petits jeunes qui veulent devenir comme eux "si ils réussissent, moi aussi", alors que c'est pas vrai, c'est pas parce que tu gagnes un casting comme ça que tu as tout gagné...
E : Quand tu vois la finalité du truc, c'est franchement naze... Quand tu compares la deuxième saison à la première, je les trouve moins têtes à claques et un peu meilleurs ! J'ai quand même relativement suivi pour comparer et la première saison, j'ai pas trop regardé, c'étaient des idiots, là, certains ont du talent... C'est con aussi parce que certains ont un petit talent, une belle voix mais quand tu vois comment c'est géré...
W : Je chie là-dessus, tu vois l'entourage qu'ils ont, c'est du showbiz de merde, ils leurs font des bandes sons, des "bandes orchestre" à la con, et vas-y chante là-dessus, ils savent que ça va se vendre, c'est vite torché et ils se foutent de la qualité du truc. C'est une honte.

Votre style ne plait pas forcément en France, c'est pas trés vendeur...
W : C'est clair que c'est pas en France qu'on vend le plus, mais on a quand même des fans, des gens qui nous suivent, ça c'est in ! Et nous, on est là, on arrive à jouer même si on ne cartonne pas, ça va... Depuis le début, y'avait pas de frontières pour nous, on a toujours voulu jouer dans le maximum d'endroits possibles, y'a des pays où ça marche, d'autres moins, c'est normal.
E : On ne s'est pas posé la question concernant le style qui serait le plus adéquat en France, on voit la scène qui marche ici, nous, on est loin de ces codes-là, on s'en fout, en enregistrant l'album on savait ce qui marchait, mais on n'a pas cherché à faire pareil...

Une sortie européenne ?
W : Ce sera in quand ce sera fait ! Ca traine un peu en longueur, je t'en avais déjà parlé, ça avance doucement... Ca va être une bonne sortie européenne, voire plus large, mais pour l'instant, c'est en négociations, c'est toujours pas signé...
out live out live Les USA ?
W : Pour l'instant, c'est "in" entre guillemets... Tant que ce n'est pas signé, on ne peut rien dire, si ça se fait pas, les gens vont dire "ils se la pètent"...
E : Déjà, si y'a une bonne sortie européenne, ce sera cool, qu'on puisse aller tourner dans des pays proches d'ici...Les Etats-Unis, c'est un autre rêve mais on n'a pas assez de maitrise pour aller là-bas. Si on va là-bas, ce sera à l'arrache dans des conditions pourries, ça on est prêt à le faire mais faut aussi que ça serve à quelque chose...
Parce que le deal avec RoadRunner (pour X-Position) a été signé aux USA, c'était dans l'idée de sortir le CD là-bas ?
E : Ouais...
W : Ce qui c'est passé c'est que le mec de RoadRunner USA a eu l'album en premier, il a dit "c'est bien, je donne ça à RoadRunner Europe", c'était pas dans l'optique de le sortir aux Etats-Unis, si on avait vendu des centaines de milliers, il l'aurait sorti là-bas, mais c'était pas dans le deal de le sortir aux USA.

La finale de la ligue des champions en foot...
E : Je m'en fous...
Mais c'est ce soir...
W : Je dis que c'est une équipe italienne qui va gagner (rires), c'est marrant que ce soit deux clubs italiens en finale pour une coupe européenne.
Ca se joue le même soir que vous.
W : C'est bien, on a une excuse si y'a personne, c'est in !

Sortir un album tous les ans ?
W : Ce serait in ! C'est pas le cas de Out mais c'est aussi indépendemment de notre volonté avec le changement de label, ça donne l'impression qu'on a pris notre temps mais on aurait voulu le sortir plus tôt.
Et avec Exxos et Naïve, c'est un deal sur le long terme ?
W : On a signé pour un album avec des options pour les suivants...
C'est en fonction du nombre de ventes ?
W : Ca doit jouer mais je ne sais pas exactement...
E : De toute façon, les maisons de disques ne prennent pas trop de risques, c'est normal, signer pour 6-7 albums c'est plus possible, on est en France et tu peux au mieux signer pour 2-3 albums avec des options. Si ça ne marche pas, ça peut durer parce que tu as une bonne relation humaine avec les gens du label, mais ils ne prennent pas de risques. C'est pas plus mal non plus, mieux vaut ne pas s'engager sur le long terme et remettre les choses sur la table...

Roland Garros ?
W (avec une voix de juge de ligne) : Out !!! Filet !!! (rires) Je ne sais pas, je ne regarde pas...

Les side-projects ?
W : Ton expérience américaine...
E : Exactement, c'est des projets qui n'ont pas été pensé, ce sont des opportunités qu'on a saisi par rapport au temps qu'on avait... et ça a été très bénéfique, pendant les 4 ans, il s'est passé plein de trucs et ça nous a vachement enrichi. Tout le monde a fait son petit truc... Moi je suis parti tourner aux Etats-Unis pendant deux mois (avec les HardCoreux de Strife), y'a rien de comparable : la scène, les groupes, le public... Tout se téléscopait un peu, les conditions étaient les plus pourraves que j'ai jamais vu, ça te fait réfléchir aussi, c'est là que tu te comprends qu'aux Etats-Unis les mecs font tout pour cartonner et sortir parce que quand t'es un groupe de base qui vend un petit peu, tu tournes dans des clubs miteux... peut-être mythiques mais surtout miteux. Tout à l'arrache, j'en ai un super souvenir, maintenant je suis prêt à jouer partout ! J'ai vu le pire... Le public HardCore est très dur, y'avait aussi le public Straight Edge et je pensais pas qu'il était aussi extrême, c'est un peu bizarre, ça m'a bien blindé aussi, des fois, j'avais les pépétes... Avant je regardais mes pompes et tout mais j'ai pu de problème, je peux jouer devant des gens néo-métal, même si ils m'insultent ou je ne sais quoi, ça me fera rien du tout, j'ai vu des gars tellement extrêmes... En plus j'étais le seul avec des cheveux longs (rires)...
Et quel regard vous portez sur les projets des autres ?
W : Je fais parti du projet de Christophe, je fais la batterie et il fait tout le reste, on a composé pas mal de morceaux, on a un éditeur qui va essayer de placer le truc, si on peut le placer tant mieux, en attendant on s'est amusé à faire de la musique, c'est le plus important... On sera sur la compil Face nord (United Metal). On peut aussi parler du side-project de Tibo qui a fait son album tout seul, mais vraiment tout, l'enregistrement et la musique, il est sur la compile Nu-Dawn.
Et il sera sur United metal : Face Nord où il y aura aussi un morceau de Out...
W : Ouais, on squatte un peu la compil'... (rires) Y'a aussi Tram et Etn qui font un side-project avec Coco qui était la chanteuse de Craal, un truc plus new wave gothic metal... C'est des projets qui nous permettent d'abord de faire de la musique, si ça peut sortir tant mieux, on a lancé tout ça avant de lancer l'album d'Out et c'est bien de s'être aéré chacun de son côté, et le fait de bosser sur d'autres trucs, ça a amené de nouvelles idées.
E : On s'est plus laché sur l'album, on s'est permis des trucs...

out live out live La production de groupes locaux ?
W : Oui, c'est trés in, j'adore ça ! Et donc c'est Out aussi, quand j'ai du temps j'en profite au maximum, j'ai fait l'album d'Unswabbed avec Tophe, on a mixé au LB avec Stéphane Buriez, l'album va sortir à la rentrée. J'ai fait la démo de Sore, j'ai enregistré Soul-X ils ont mixé au LB. Ce qu'on voudrait, c'est développer une structure de prod pour permettre aux groupes d'enregistrer avec des moyens relativement moyens... sans avoir un budget exorbitant...

Rester discret sur le premier album auto-produit ? Sur le site, il n'existe pas...
E+W : Si il existe !
Il est caché alors...
E : Si y'a même les paroles et tout...
La discographie commence à X-Position ...
W : On ne renie pas cet album, mais comme il y a eu un changement de line-up entre celui-là et X-Position, il y a eu un virage musical de fait et on ne voudrait pas perdre les gens... C'était plus une compilation de démos qu'un album, on l'a enregistré sur plusieurs mois... Pour nous, c'est pas vraiment un album, ça nous a permis de trouver une distrib' et de rentrer dans le circuit...
E : Il y a 2-3 morceaux qu'on pense un jour remanier à la sauce actuelle pour les jouer sur scène. On va voir...

Out1.net ?
W : C'est le nom d'un site...
C'est in ou c'est out ?
E : C'est Out !
W : C'est in ! On a plein de bonnes critiques
E : On est surtout content d'avoir un site à nous...
Vous êtes tous assez bons surfeurs
E : Quasi... nous deux, peut-être les plus, avec Tram aussi.
W : Je suis meilleur sur le web que sur l'eau, ça c'est clair !
E : On surfe pas mal, avec tout un tas de favoris et les moteurs de recherche quand on veut des infos sur un groupe...
Accro ?
E : Pas accro, mais ceci dit, je suis resté 2-3 mois sans Internt chez moi et je me suis senti homme des cavernes ! C'est bizarre, quand t'es dans le truc, si tu ne l'as plus, c'est comme si t'essayais d'arrêter de fumer, ça te manque...