Nadja - Corrasion Initialement enregistré en 2003 et sorti sous le manteau au format CDr par Nadja, alors que celui-ci était encore relativement méconnu, Corrasion fait l'objet d'une jolie réédition en 2007, d'abord par le label polonais Foreshadow puis ensuite par le français Basses fréquences, énièmes labels indépendants à avoir compris que cette entité-là était déjà incontournable. Troisième album long-format pour la paire Aidan Baker/Leah Buckareff " après Birdcage, Truth becomes death, cet effort segmenté en quatre plages se fait l'écho dès le premier titre, "Base fluid", de ce qu'est par essence Nadja. Soit un monolithe de granit heavy/drone doom aux basses perforantes, un ensemble musical incroyablement électrique et gravitationnel, souvent lesté de plomb mais parfois plus aéré, comme une masse métallique lévitant de longues minutes dans les limbes avant de suspendre leur vol et de s'enfoncer inexorablement dans les profondeurs de Gaia.
Onze minutes tout rond pour une déflagration d'une lourdeur implacable et à la puissance hypnotique à nulle autre pareil. Deux parties d'une densité hors-norme et au milieu, un épisode de calme, relatif ; l'équilibre est parfait et le groupe enchaîne avec le non-moins ravageur "You are as dust", porté par un crescendo interminable... avec pour apothéose un climax postcore qui fait jeu égal avec ce que peuvent façonner les cadors du genre. Pourtant nul doute possible, c'est du Nadja, la griffe du groupe était reconnaissable entre mille, mais ici, la sauvagerie animale donne à l'ensemble un côté menaçant, sombre et encore plus torturé qu'à l'ordinaire. En territoire hostile, le duo reste ensuite tapi dans l'ombre pendant les longues premières minutes qui introduisent la "narration" drone/doom du morceau-titre de ce Corrasion. Puis se relève et se décide à affronter la Bête dans un duel à mort pendant lequel chasseur et proie verront leurs rôles s'inverser continuellement... jusqu'à la deuxième moitié d'"Amniotic", titre final de l'album et véritablement amoncellement de couches heavy-drone-doom metal qui ne peut décemment laisser de marbre. Le marbre parlons-en justement, c'est sans doute ce que le groupe utilise pour donner à sa musique cette patine si particulière, atypique et clairement impressionnante... Monumental.