Misery Signals Né en 2002 du côté de Milwaukee, Wisconsin (USA) sur les cendres de plusieurs formations locales (7 Angels 7 Plagues, Hamartia ou Compromise), Misery Signals fait ses premières armes discographiques l'année suivante avec un EP éponyme qui lui permet de signer chez Ferret Music (36 Crazyfists, Chimaira, Every Time I Die, In Flames, Poison the Well...) quelques semaines plus tard. Un label qui s'occupera de sortir Of malice and the magnum heart, produit par Devin Townsend de Strapping Young Lad, en 2004 puis Mirrors et Controller tous deux par le biais de la même crèmerie et toujours avec deux années d'intervalles à chaque fois.
Le groupe, alors très actif, notamment sur la scène nord-Américaine est reconnu par ses pairs comme le plublic et tourne intensivement en support promotionnel de ses albums avant de se mettre en hiatus "relatif" afin que ses différents membres puissent se consacrer à leurs side-rpojects respectifs (Burning Empires, Living with Lions, Solace, etc...). Pendant cette période d'inactivité, les différents membres de Misery Signals ne cessent alors de préciser à qui veut l'entendre que le groupe existe toujours, même en sommeil, pour finalement tenir parole et le réactiver officiellement en 2011, annonçant dans la foulée son intention d'écrire et enregistrer un nouvel album studio (le quatrième de sa carrière donc) l'année suivante.
Intitulé Absent light, celui-ci sort à l'été 2013 via Basick Records (Aliases, Circles, Dissipate, Uneven Structure...).