Memories of a Dead Man Il y a eu beaucoup de mouvements chez Memories of a Dead Man, c'était voulu ou subi ?
Pour ce retour, c'était voulu, cela faisait 5 ans que le groupe était en jachère. Ne sachant pas si le projet allait réellement reprendre un jour, on a tâtonné et fait avec les membres qui étaient et sont toujours prêts à aller explorer d'autres horizons. Quand on a décidé de refaire un disque, on était d'accord sur le fait de vouloir faire autre chose, caresser le progressif. Être moins mélancolique aussi. Il reste le clavier Thomas qui est là depuis 2011 et Hervé le bassiste depuis 2013, puis moi depuis le début en 2005/2006. Pierre le chanteur depuis 2011 fait aussi une apparition sur ce disque, et peut être par la suite qui sait. En fait depuis 10 ans MoaDM est une forme de collectif / projet.
Pour les changements précédents, ce sont les emplois du temps de chacun. Le besoin de faire autre chose qui ont fait qu' on s'est éloignés musicalement. Mais nous sommes tous toujours potes.

Sur Maze, il y avait une énorme liste d'invités, l'idée de refaire un "coup" comme celui-là t'a-t-elle effleuré l'esprit ?
C'était un disque de transition Maze, tout comme ce (re)M.A.Z.E.d. Ils marquent un tournant à chaque fois. Sur Maze nous n'avions pas de chanteur fixe à l'époque, nous tournions en trio et c'était très intéressant d'ailleurs... Du coup l'idée d'un chanteur par titre était légitime et intéressante et les guests que nous avions étaient vraiment enthousiastes et motivants pour mener ce projet au bout. Mais en effet ça m'a effleuré l'esprit pour le disque actuel... sur lequel nous avons tout de même déjà 3 voix différentes. On a failli refaire un titre avec Mike Armine sur (re)M.A.Z.E.d et en particulier sur "Do you accept ?" mais problème de timing et difficultés personnelles pour lui. C'est une idée qui refera surface probablement... peut-être pour le prochain ou dans 10 ans ! Mais finalement on a choisi de laisser s'exprimer à part entière les 2 voix que nous avons actuellement et c'est un développement riche et intéressant. Le difficulté d'un disque de featuring est de pouvoir le défendre correctement en live, après s'il n' y a plus de live dans les années à venir, allons-y gaiement ! (rires)

Quel est le critère déterminant pour intégrer le groupe ?
Être beau ! (rires) Un bon état d'esprit, surtout, une ouverture certaine sur le monde et la musique. Mais aussi un potentiel créatif et d'adaptation. Et bien entendu de la motivation et une belle énergie positive.

As-tu pensé à commencer un nouveau projet plutôt que de poursuivre avec MoaDM ?
Oui j'ai longtemps hésité pour celui-ci à ce que ce soit un MoaDM. J'avais besoin de faire ou refaire autre chose que les 2 autres groupes où je joue que sont Schoolyards qui donne dans le Rock n' core et Seven Days très Rock. Mais plus j'avançais dans la conception de ce nouveau projet, plus il devenait évident que c'était du MoaDM, nouvelle sauce mais du MoaDM quand même !

Malgré le changement de line-up, musicalement, l'esprit est le même, c'est parce que le groupe a les mêmes idées ou parce que ce ne sont que les tiennes ?
Je pense que ça vient quand même beaucoup de moi ! J'ai composé tous les titres depuis le premier jour du projet, donc ça donne forcément une couleur et une patte. Même si j'essaye de casser parfois cela sur ce nouveau disque on reconnaît l'esprit et l'univers du groupe. C'est aussi dû à mon accordage particulier et l'utilisation d'accords enrichis et d'arpèges à la guitare.

Au sein d'une composition, l'équilibre entre les forces (growl/mélodie) et les styles (rock/métal/prog) se fait-il naturellement ou est-il réfléchi ?
Certains titres sont très réfléchis pour cet équilibre, lors de la phase de fin de composition ou de pré-arrangements. D'autres sont totalement spontanés et me poussent à chercher un peu plus par la suite pour provoquer cet équilibre. Et selon le ressenti des deux voix, on adapte aussi pour avoir un juste milieu et une efficacité maximale.

La production a été confiée à Duff Rodriguez, quel élément a fait la différence dans ce choix ?
Le fait de notre proximité, amitié, et de la nouveauté. Mais aussi le côté challenge pour nous tous. Pour Duff, s'attaquer à du Memories était un chouette défi, car c'était différent de ses productions habituelles. Pour nous, bosser avec quelqu'un d'autre qu'Étienne Sarthou ou Francis Caste était aussi un défi pour avoir un son neuf tout en gardant notre signature.

Memories of a Dead Man - reMAZEd L'artwork, et le côté graphique en général, est une composante importante de MoaDM, ça demande beaucoup de patience d'arriver à de tels résultats ?
En effet depuis le départ le visuel est très important, on a les idées en général mais pas toujours les moyens techniques ou financiers pour y arriver, donc il faut de la patience, trouver d'autres ressources, adapter en fonction des possibilités présentes et de la faisabilité. L'artwork est réalisé par mon pote Simon Back que j'ai rencontré il y a quelques années pour un projet bande dessinée autour de MoaDM et depuis il a fait les visuels pour mes autres groupes également. On délègue ces compétences à ceux qui les ont et la patience qui va avec !

La lyric video de "Wavenlenght" est superbe !
Cette lyric-video de "Wavelength" est réalisée par un proche du groupe : Jonathan. Et la suivante, "Do you accept ?", par Thierry notre chanteur...

Depuis le premier confinement, tu n'as pu donner que deux concerts, qu'est-ce qui est le plus frustrant dans cette période ?
Depuis le premier confinement le groupe n'a pas pu jouer... A titre personnel, j'ai pu rejouer live en septembre/octobre avec un autre projet... Avec MoaDM nous étions en plein début de tournée et rodage entre janvier et mars et du coup tout a été stoppé net le 12 mars. Depuis c'est annulation sur annulation, donc on ne cherche même à reprogrammer tant que la situation n'est pas plus stable et surtout avec une réelle visibilité sur l'avenir... Ne pas jouer est frustrant, ne pas partager avec le public l'est aussi mais surtout ne pas pouvoir se projeter, défendre les titres sur scène l'est énormément. On a décidé de sortir quand même l'album plutôt que d'attendre un an ou plus, mais l'impact et la diffusion sont tout de même très minimisés du coup.

Justement, on sait que tourner est important pour faire vivre un album, la promotion virtuelle fait-elle le job ?
Non, ça ne compensera jamais le live et une tournée. Même si on essaye de faire un maximum niveau promotion virtuelle, les retombées et les échanges ne sont pas du tout les mêmes et ne permettent pas une totale sérénité...

Quelles étaient tes attentes au moment de la sortie ?
On a déjà décalé la sortie de juin à mi-octobre, car cela nous semblait plus envisageable pour pouvoir défendre l'album en live... Du coup on espérait pouvoir le jouer et diffuser au maximum, faire des interviews vidéos ou papiers, rencontrer les gens, être en contact direct pour le vendre aussi. Erreur de jugement, la situation ne reviendra pas avant septembre 2021 ! Et nos attentes ne peuvent être totalement comblées.

La situation ne s'est pas franchement améliorée, c'est quoi les priorités du groupe en ce moment ?
Nos priorités sont en tant que collectif de préparer un nouveau disque qui sera soit un cinquième album soit 2 maxis complémentaires et on veut créer un nouveau clip. Tout cela en continuant à défendre et diffuser le disque actuel (re)M.A.Z.E.d.