Membrane Membrane Pour un jeudi soir, le "club" de la SMAC d'Épinal est relativement bien garni, avec, à vue d'œil, 70 à 80 spectateurs. Compte tenu d'un soir de semaine et du style de ces groupes, (je m'ose à le dire, de "niche") le score est plus qu'honorable. Que les programmateurs en soient remerciés. Les visages connus défilent (les anciens Flying Donuts, Vava de The Rebel Assholes qui accompagnait les Jack, Dick Illegal Corpse, Mitch Whales at the Crossroads) et l'alléchante affiche a fait sortir les bons rockeurs de la Cité des Images.

C'est donc à Membrane, le trio noise de Vesoul, qu'il revient le soin d'ouvrir les hostilités. Devant un parterre attentif, le désormais quatuor déroule un set lourd, noir, noise à souhait qui prend littéralement aux tripes. Nico, membre fondateur, assure un chant monocorde en enchaînant les riffs, bien épaulé par une deuxième guitare et par un solide basse/batterie. C'est fort, c'est tendu, c'est prenant et le public semble apprécier en restant concentré sur les ambiances sonores sombres et percutantes. Je ne suis pas un fidèle du genre et j'ai du mal à accrocher tout un concert entier, mais il faut reconnaître que l'ensemble est solide et sacrément bien foutu. Un nouvel album est en préparation, ouvrez l'œil...et les oreilles !

Après le changement de plateau assez efficace, le moment tant attendu est arrivé, et c'est avec une certaine excitation mêlée à une impatience de revoir Jack And The Bearded Fishermen que je me positionne devant la scène. Le sample ouvrant "Beware of birds" tourne en boucle quand arrive sur scène les cinq musiciens et c'est parti pour une heure de stoner/noise/rock. Et il ne faudra pas longtemps aux Jack pour (im)poser leur formidable univers. Doté d'une équipe technique au top (mention spéciale à l'éclairagiste qui aura une nouvelle fois fait sensation), le groupe enchaîne "Beware of birds" et "Fingers crossed", les deux premiers brûlots de Playful Winds, leur formidable troisième album. Et tu constateras que j'emploie des superlatifs qui, je peux te l'assurer, ne sont clairement pas exagérés. Et aucun des spectateurs ne me contredira car Jack And The Bearded Fishermen a clairement mis tout le monde d'accord. Et moi le premier. Les guitares d'Hervé, Boris et Peete forment un mur du son, gonflé à bloc par la basse de Thomas et la batterie de Boris. On m'avait dit que le groupe avait pris de l'épaisseur en live depuis son retour aux affaires, mais je ne pensais pas que c'était à ce point ! Le son est surpuissant et le jeu de scène, efficacement minimaliste, est sublimé par les jeux de lumières. Tantôt hypnotique, souvent pachydermique et toujours excitant, le concert fait part belle au nouvel album sorti il y a déjà un an, mais Places to ide et Minor Noise, les deux premiers opus, sont également au programme de la set list. Après s'être évoqué le premier concert du groupe en 2009 à Épinal, le groupe enchaîne avec "Scenario" et "Lips as martyr" dans un déluge sonore et déroule encore deux extraits du nouvel album. La restitution des albums sur scène est fidèle aux versions studios, et laissant toutefois la part belle à des arrangements bien sentis. "Minor Noise" est dédicacé aux amis présents dans la salle, tandis que "Program", tiré du deuxième album, assomme littéralement l'assistance. Les baffes en tout genre s'enchaînent sans que l'auditoire ne puisse recouvrer ses esprits, et il est déjà l'heure pour le groupe de tirer sa révérence avec un "Way out" de folie. Le groupe jouera un dernier titre en guise de rappel et me laissera reprendre la route pour Nancy-city avec une bonne banane.

Parfois, quand on attend beaucoup d'un évènement en tout genre, on peut finalement s'avérer déçu une fois l'excitation retombée. Ce n'a pas été le cas pour moi cette fois. Membrane et Jack And The Bearded Fishermen ont éclaboussé de leur talent cette soirée qui restera un excellent souvenir. Tout simplement. C'est pour ce genre de moments que je me rends compte que sans musique, la vie serait bien terne.