Magoa - Imperial Magoa a beaucoup appris aux côtés de Charles "Kallaghan" Massabo mais fait désormais tout tout seul (ou presque), c'est en effet dans leur propre studio (Ten To One Studio) qu'ils ont eux-mêmes (Cyd et Vince) enregistré et mixé ce nouvel album qui sort sur leur propre label (Ten To One Records). Et alors qu'il porte un nom ambitieux, il le mérite car rien ne laisse penser que le quatuor a perdu quelque chose à s'affranchir de certaines contraintes (l'espace et le temps entre autres). Désormais seuls à la direction, l'adjectif Imperial leur va bien, tout comme il peut décrire la maîtrise technique et artistique de la dizaine de titres.

L'adage portugais "Velu un jour, velu toujours" reste de mise alors que les influences death se sont éloignées pour laisser davantage de place au chant clair et aux mélodies, certains titres étant même totalement "tranquilles" (les inquiétants "Merge" et "Untouchable"). Le chant clair qui n'est pas pour autant synonyme de zénitude, Cyd envoie des rafales de mots et sait être vindicatif et audible, il limite les mélodies à quelques parties bien senties qui évitent au combo de tomber dans les poncifs du metalcore (on n'échappe pas à quelques chœurs sur "The first day" mais c'est le seul titre qui en fait les frais). La variété des énergies chantées comme des rythmes et la diversité des plans de guitare font que l'ennui n'a pas sa place dans Imperial.

Un peu de grandiloquence (qui va avec les textes), beaucoup de violence (et pas que dans le clip particulièrement gore), voilà de quoi résumer cette nouvelle production de Magoa qui assimile parfaitement l'air du temps, conserve des bases métalliques solides (un peu de growl de temps à autres pour ne pas paraître faible), sait gérer et doser le clavier et l'électronique (mais il n'en faudrait pas plus que sur "Kill us"), bref, un groupe qui vit dans son époque et s'est donné tous les moyens pour faire la musique dont il avait envie et pouvoir surpasser Topsy turvydom.