Machine Head : live au Splendid Machine Head : live au Splendid Kill 2 This ouvre la soirée avec un son désastreux, la batterie et la basse bouffent tout, c'est insupportable. Le gratteux tente de mettre de l'ambiance mais c'est au détriment de ces riffs, le public se retient poliment de les siffler, mais le set des anglais ne restera pas dans les mémoires. Dommage, le groupe a l'air bien sympathique...

Musique d'intro, le noir est fait, des ombres se déplacent, se rapprochent et sont acclamés, "Imperium" en guise d'intro, c'était prévisible, on entre ainsi directement dans le vif du sujet, pas d'échauffement, Machine Head va tout fracasser et ne va pas nous laisser nous préparer. Le set est une sorte de best of des deux premiers opus ("Take my scars", "Ten ton hammer"... ) et du dernier ("Left unfinished", "In the presence of my enemies"...) avec quelques incontournables ("The burning red", "The blood, the sweat, the tears"..), ça blaste dans tous les sens durant une heure, Robb ultra détendu remercie sans arrêt le public, lui distribue de sa boisson favorite, le groupe est au taquet et prend un pied phénoménal à attiser le pit qui se défoule à quelques centimètres. Après "Blood for blood", on se dit qu'on a déjà pas perdu notre soirée, le groupe s'en va (et oui, déjà une heure de concert !) et on reprend notre souffle... Et on fait bien parce que ce qui nous attend est tout simplement bien plus démentiel encore. Les grattes acoustiques sont amenées sur le devant de la scène, le combo revient pour un "Descend the shades of night" absolument fabuleux, le morceau s'étire, l'atmosphère est lourde, un pur bonheur. Lui est enchaîné un "Davidian" de derrière les fagots pas piqué des hannetons, avec le gratteux (pour le coup impeccable) qui en prennant la guitare de Robb lui laisse le plaisir de se lâcher au chant. Un très grand moment, les zicos sont toujours à fond mais prennent le temps de déconner un peu embrayant sur quelques reprises dont "Creeping death" de Metallica, vont-ils la jouer en entier ? Oui et c'est avec une haute précision qu'ils nous assènent ce vieux hit indémodable, on fête l'anniversaire du technicien batterie (qui est poussé au stage-diving), Monsieur Flynn envoie son verre jusqu'au balcon, réclame un "circle pit", non ce n'est pas encore fini, voilà pour nous achever un "Block" du feu de Dieu, les Kill 2 This qui viennent de trinquer sur scène avec MH refont parler d'eux par le biais de leur guitariste qui s'essaye au slam nudiste... Tout le monde se marre mais les derniers riffs retentissent quand même, le groupe a du mal à quitter la scène, remercie une énième fois le public... Puis s'en va... Les techniciens commencent à démonter, le drum-tech a le droit à un "joyeux anniversaire" improvisé et la soirée prend fin avec un retour à la dure réalité du froid glacial de l'extérieur...