life-kit : life is a code La musique proposée par Life-Kit a un unique défaut, si encore c'en est un, c'est par moment de trop ressembler à du KoRn période Issues, mais juste par moment, en fait ce sont quelques passages des 3 premiers titres surtout qui nous rappellent au bon souvenir de Jonhattan Davis. Mais les rythmiques sont plus industrielles que métal, plus entêtantes que jumpantes... Et surtout dés le début de "Metamorphosis" on est pris dans une ambiance très particulière grâce au violon magique de Pierre-Gilles, là où certains auraient claqué un sample sympa, Life-Kit joue vraiment et intègre le violon à fond dans ses compos, la mélodie (orientale sur ce premier titre) est jouée au violon pendant que la guitare continue de lâcher ses riffs percutants. "I am a monster" est répété, appris, chanté, crié, on y croit. "Life-Kit" est aussi le nom d'un titre, un titre brisé en deux par des couplets doux et des refrains écorchés. C'est sur les derniers refrains que Stéphane monte dans les aigus et que son chant prend cette Issues touch que personnellement j'adore... Les back vocals font écho à sa voix grave et après un murmure on repart en orient avec le violon de "Bitch". Et là, le groove du combo s'exprime sans retenue, ryhtmiques et guitare nous font danser, le violon nous fait rêver, le chant nous promène... Extraordinaire ! Même si la fin du morceau avec ses "I hate you" fait très KoRn dans son ensemble, le violon refait surface pour montrer que Life-Kit n'est pas KoRn (et vice versa...). "Laps" (qui est le titre mis en clip) est beaucoup plus indus que les trois autres morceaux. Beaucoup plus énervé aussi, on sent comme une rancune se dégager de la voix, Mathias matraque ses fûts, les accords pleuvent et alors qu'on ne s'y attend pas, une mélodie (somptueuse !) survient pour nous dérouter, s'ensuit un break, une montée et de nouveau Life-Kit s'amuse à tout dévaster, c'est là qu'on comprend l'influence de Fear Factory sur le groupe. La fin est aussi brutale que les dernières mesures. On en redemande !