L'Homme Puma : On remplace les yeux cassés Après avoir ébloui de leur classe tous ceux qui ont écouté leur premier album L'Homme puma, il fallait bien un peu de chirurgie oculaire réparatrice, et malgré le peu de concert et la faible rentabilité du rock indépendant qui triture les méninges, L'Homme Puma se permet de sortir ce nouvel opus en vinyle puis en CD.
Métal progressif, post rock, math core, les étiquettes collables sur L'Homme Puma sont multiples comme leurs sources d'inspiration et les émotions qu'ils transmettent, chacun trouvera des similitudes avec différents groupes qui ne sont pourtant pas voisins, personnellement, j'entends des relances de guitare à la Tool sur "On remplace les yeux cassés" et "Velours et pourpre" me fait penser à du Mogwai... Les samples jouent un rôle important, ils teintent les compositions et ouvrent la porte à la réflexion sur leur utilisation, que ce soit des dialogues récupérés ("Wronki") ou une récitation militaire (l'ode This is my riffle de "Surtout dans les coins"). Ajoutez à cela une superbe pochette, clairement lynchéenne (encore un lien avec le cinéma...) et vous avez tous les ingrédients d'un chef d'oeuvre...
Et pour contrebalancer l'image sérieuse qu'une telle maîtrise d'un rock jugé parfois élitiste ou intellectuel, le groupe donne à ses oeuvres des titres décalés : qu'ils soient énigmatiques ("On remplace les yeux cassés"), cinématographiques ("Catherine Deneuve"), sous forme de slogans emprunts de nostalgie ("Plaisir d'offrir") ou mixant calembour et références musicales ("Toy division")...
Les fans de la première heure n'en doutaient pas, cet album ne les surprendra pas, L'Homme Puma donne toujours dans l'excellence, pour ceux qui ne se sont pas encore penchés sur leur cas, cette nouvelle sortie est une occasion rêvée de se plonger dans leur musique les yeux fermés.