Formé à Londres en 1996, Knuckledust est l'une des formations les plus actives de la scène hardcore européenne, sans pour autant avoir été autant propulsé dans la lumière comme leurs voisins de label Kickback par exemple. Non ces anglais-là font partie de ces groupes qui ont un noyau dur de fans pas monstrueusement énorme, mais d'une solidité et fidélité à toute épreuve, ce qui leur permet, bon an mal an de toujours continuer à ferrailler sans jamais pouvoir se lasser, ni être freiné par un quelconque problème de diffusion. Une sorte d'artisanat hardcore à échelle humaine mais qui depuis plus de 15 ans maintenant, fait ses preuves à l'échelle du vieux continent et un peu au delà.
Une première démo quelques mois après sa formation, bientôt suivie d'un split avec le groupe Area Effect puis un EP intitulé London hardcore, Knuckledust ne perd pas de temps, ne se pose pas de question et enchaîne rapidement ses premières sorties. Quelques efforts (splits, EPs) plus tard et voici que les anglais livrent courant 2000 leur premier véritable album Time won't heal this. Le succès est plutôt au rendez-vous et le groupe produira plusieurs autres disques notamment après avoir signé chez l'une des principales maisons de disques estampillées hardcore en Europe : GSR Music (Born from Pain, Kickback, Strength Approach...). En 2012, celui-ci réédite Time won't heal this alors même qu'un nouvel album est annoncé un peu plus tard dans l'année.