Intercostal - S/t Des membres de Knut, El Rancho, Nebra, Mumakil qui font du stoner option southern-métal qui déboîte, ça donne Intercostal. Soit 12 titres autant influencés par l'efficacité d'un Karma To Burn que par les chemins boueux de Down.

Dès le premier titre, les Intercostal ne rechignent pas à la tache avec "Hellfire hellix" : le riff est mode hyper catchy option dose de gras et on assiste là à une belle entame d'album pour un morceau qui s'avère redoutable et jouissif. D'ailleurs, les 11 pistes restantes défileront sans que l'on ait grand chose à redire sur un album qui s'écoutera avec un réel plaisir pour les amateurs des groupes précités et pour les autres aussi, si par mégarde (tu vivais sur les Iles Féroé ?) tu as réussi à passer au travers de l'énorme déferlante stoner/hard ces dernières années. C'est parfois trop scolaire ou trop sous influences à mon goût mais les musiciens ont le mérite d'encore atteindre l'auditeur avec une formule super-usitée et ce chant qui fait sporadiquement des interventions pour renforcer l'impact d'une musique, majoritairement instrumentale, constitue la petite singularité d'Intercostal. La pochette de l'album est vraiment classe en plus.