metal Métal > Ihsahn

Biographie > The Emperor's back

Ihsahn - Ihsahn Ihsahn, c'est la figure incontournable du non moins incontournable groupe de black métal norvégien Emperor. Fer de lance de cette scène en ébullition au début des années 90, Emperor, avec Ihsahn à sa tête, a renversé les non-codes de cette scène pour aboutir à un résultat qui dépassait les frontières traditionnelles du genre. En solo, la manière est la même. Ihsahn ne fait aucun compromis depuis la parution de The Adversary en 2006. Le tryptique se bouclera en 2010 avec After, qui donnera une réponse bien plus concentrée à Angl, qui explorait chaque recoin de la créativité d'un des artistes les plus intéressant de sa génération.

Ihsahn / Chronique LP > Àmr

Ihsahn - Ámr Ihsahn ne chôme pas, la tournée 2017 d'Emperor n'a pas spécialement permis à Vegard Sverre Tveitan de prendre des vacances car il est déjà de retour avec son projet solo où il s'amuse à brouiller les pistes... En enchaînant des plages aux ambiances différentes, passant allègrement d'un chant clair (les très beaux "Arcana imperii" - où vient se promener Fredrik Akesson, le guitariste d'Opeth - ou "Sámr" presque trop lumineux pour être sincère) à des égosillements des plus classiques pour ce chantre du black metal ("One less enemy"). Même si cet album est plus personnel que Arktis qui cumulait les guests, on ne sait pas vraiment où veut nous emmener Ihsahn tant ses changements de directions sont fréquents et brusques. Pris séparément, les morceaux sont pas mal (même "Marble soul" et son refrain bien mielleux) mais faute d'unité dans l'ensemble, on a du mal à rester accroché et à s'immerger dans son univers. Le côté prog très présent sur son précédent opus est moins mis en avant, si ce n'est sur le dernier titre "Wake" où la noirceur occupe lentement mais surement de plus en plus d'espace. Déroutant, le travail d'Ihsahn ne peut laisser indifférent, dommage qu'il ne soit pas plus cohérent...

Ihsahn / Chronique LP > Arktis

Ihsahn _ Arktis Vegard Sverre Tveitan est un touche à tout, s'il est surtout connu pour son travail avec Emperor au rayon black métal, il bosse aussi avec sa femme sur des titres folk et délivre ici un sixième album solo sous son pseudonyme Ihsahn. Un album très ouvert où l'on trouve un peu de tout, la faute au large éventails de goûts de notre chef d'orchestre mais également à la présence de potes qui viennent lui rendre la monnaie de sa pièce, n'étant pas avare de collaboration. Les chanteurs de Leprous ou Trivium, le saxophoniste de Shining (version norvégienne), le novelliste Herbjørnsrud, tous sont invités à participer à Arktis, chaleureuse plongée dans le grand froid. Difficile de qualifier l'album, si ce n'est pas par l'adjectif fourre-tout "prog" (dans la lignée d'un autre génie qu'est Steven Wilson), tant les ambiances sont différentes d'une plage à l'autre. Certaines sont très accessibles pour le métalleux de base qui apprécie le chant clair autant que le guttural ("Until I too dissolve", "Celestial violence"), d'autres sont clairement avant-gardistes ("Crooked red line", "Til tor ulven") et exigent une grande ouverture d'esprit pour rentrer dedans. Album ambitieux (comme toujours avec Ihsahn) qui fourmille de bonnes idées, Arktis n'en reste pas moins un opus à réserver aux fans les plus hardcore de son auteur et/ou de sa bande de potes.