Heptaedium - How long shall i suffer here? How long shall I suffer here ?, ouais, tu m'étonnes ! Comment rester sans souffrir face à cet album de "Super Djent-endo" ? Un style qui allie des riffs de métal syncopés puissants à la Meshuggah ou Animals As Leaders avec des programmations rythmiques très diverses (metalcore, nightcore, jungle, blast, glitch...), le tout saupoudré d'étranges sonorités (8-bits/chiptune, nappes ténébreuses, sample de jeux vidéos...) pour te donner une idée plus précise de l'univers geek du bonhomme. Oui, car Florent Lambert est Heptaedium, il fait tout tout seul comme Rémi Gallego avec The Algorithm, qui est très probablement l'une de ses influences. Ce voyage synthétique instrumental d'une demi-heure qu'est How long shall I suffer here ? est le troisième essai en trois ans de ce fan de Super Mario (et de baguettes !) qui tient désormais une place au sein du roster d'Apathia Records, adepte de projets musicaux qui te font souvent esquisser un petit rictus tant les intentions sont parfois impertinentes. Heptaedium n'est pas le pire à ce jeu-là (coucou Pryapisme !), mais il en vaut quand même la chandelle.