Originaire de l'empire du soleil levant, Heaven in Her Arms est depuis 2002, année de sa formation, l'une des plus fines lames de la scène screamo nippone, seulement toujours derrière incontournable porte-étendard qu'est Envy, ne serait-ce qu'en terme d'écho médiatique. Pourtant, dès 2004 et la parution d'une première démo, bientôt suivie d'une seconde un an plus tard, le groupe est remarqué par les spécialistes du genre, tant est si bien qu'en 2006, lorsque sort le premier EP d'HIHA, la musique des nippons ne se limite plus au continent asiatique puisque ledit effort est rapidement réédité par un label français : Salvation Records. Ce qui lui permettra de venir jouer en Europe (passage obligé pour ce type de formations) avec Daïtro et inversement lorsque ces-derniers iront tourner au Japon.
Entre-temps, Heaven in Her Arms sort deux splits partagés avec des formations du cru avant de se lancer dans l'aventure d'un premier album, autoproduit et sorti via le label du groupe Liberation of Butterfly (Erosion of the black speckle, 2007). En 2009, HIHA sort un EP, toujours sous la même bannière avant de signer quelques mois plus tard chez le label d'Envy et Nice View en Asie, Sonzaï Records puis Denovali Records (Celeste, Nadja, Omega Massif, Mouse on the Keys...) pour le continent européen. Deux labels chez qui sort courant 2010, le deuxième album du groupe : Paraselene.