metal Métal > Fishing With Guns

Fishing With Guns / Chronique EP > Blood on the ropes

Fishing With Guns - Blood on the ropes Nouveau passage par la case EP pour Fishing With Guns qui présente ainsi son nouveau visage après les départs de Jean (chant) et Seta (guitare) et l'arrivée d'Iñigo (ex-Seed From The Geisha) au micro. Approche vocale différente, guitare plus rentre-dedans, les Franciliens n'ont finalement que légèrement modifié leur musique, gardant la ligne directrice "stoner un peu bourrin". Pour autant, c'est avec un assez calme et très beau "Dodge and counter" qu'ils renouent avec leur public, les accords et les déliés ne sont que peu chargés en électricité, le son est pur, l'ambiance est plutôt sereine jusqu'au déboulé assez lourd du chant et les premières grosses attaques rythmiques. Ce n'est en fait qu'une rampe de lancement pour la suite et notamment "Motherfucking badass" qui derrière une vitrine bien tapageuse use de quelques délicatesses pour charmer l'auditeur. C'est plus brutal et direct sur "Thirst for lust" ou "Reasons to cry" (que l'artwork illustre ?), le combo fait alors moins dans la finesse et gagne en hargne, quitte à en faire peut-être un peu trop dans les uppercuts. Je les préfère quand ils laissent davantage filtrer leurs émotions ("King of the crossroads") et nous piquent au vif en se mettant en danger.

Fishing With Guns / Chronique LP > ...But the dawn will come

Fishing With Guns-but the dawn will come Après la "bombe" sous-médiatisée The night fell parue en 2010, on retrouve le quintet Fishing With Guns avec ...But the dawn will come, une petite lueur d'espoir pour faire place à la nuit. Toujours aussi burné, le quintet poursuit son décrassage du rock stoner en y intégrant une huile métallique bien poisseuse histoire que la machine tourne à plein régime. Si tu ne les connais pas encore, imagine-toi Headcharger avec un chant capable de faire dans le guttural et tu auras une petite idée car Fishing With Guns c'est forcément plus qu'une punch-line ratée. C'est aussi des averses de riffs mortels ("Kaiju"), des parties instrumentales de haute volée ("Silence is violence"), une gradation dans la baston ("It's poutring"), de l'humour (au moins dans le nom des morceaux genre "It's poutring" ou "Moshpute"), des phrases musicales tourbillonnantes ("Supercharged"), un final épique féminisé ("Dod"), un artwork graphique très réussi... Je ne sais pas si la pêche est bonne mais vu comment les flingues sont chargés, le menu fretin ne peut servir que d'appât.

Fishing With Guns / Chronique LP > The night fell

Fishing With Guns - The Night Fell Il y en a toujours un chaque année, c'est une sorte de rituel, immuable, malheureusement. Ce genre de groupe qui arrache tout sur son passage et qui faute de promo suffisante ou de stratégie de diffusion à la hauteur de ses ambitions et/ou talent ne parviendra pas à mettre à sac la scène hexagonale alors que le potentiel, incomparable, est des plus flagrants. Dommage. Car, pour faire court et arrêter les frais dès la troisième ligne de cette chronique : The night fell est une BOMBE. Du genre qui défragmente neurones et tympans comme pas deux, qui empile les influences pour les digérer et les livrer, compactées, à sa sauce, avec un feeling diabolique... étourdissant. Entre stoner brut de décoffrage, hardcore'n'roll bourrin et metal frondeur, Fishing With Guns nous envoie avec ce The night fell, une petite huitaine de titres accrocheurs façon sangsues, mortellement groovy et addictifs à souhait. Du fulgurant et atomique "Tom Selleck is a mustache" au fleuve et imparable titre éponyme de l'album chargé de boucler la boucle, le groupe arrose les tympans de riffs sulfuriques, domine l'assemblée avec une section rythmique pachydermique et quelques breaks mastodontes, une bonne rasade de stoner/hardcore des familles, quelques harangues guerrières en appui et une poignée de mélodies à la fois sauvages et abrasives. Là pas de doute possible, on tient peut-être The Next Big Thing en mode "french touch"... En attendant, il y a à fort à parier que FWG soit une sacrée tuerie en live, pourvu que les gaziers assurent au moins la moitié de ce dont ils sont capables en studio, et donc retourner une salle de concert en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Ici monstrueux d'efficacité comme de puissance, le groupe scelle le destin de son album en quelques titres ("A new beginning (or not)", "Split" et ses choeurs féminin venant contrebalancer un temps l'extrême virilité foudroyante du reste), comme autant de parpaings sonores expédiés à la face de l'auditeur dans un sentiment d'urgence presque punk ou à défaut en toute sérénité, comme si les franciliens étaient après un seul "long-play", déjà sûrs de leur force. Et ils pourraient... mais prennent pourtant ça avec légèreté et une bonne dose de cool, en témoignent notamment certains morceaux aux titres savoureux ("Aouaneugaine amistoufly", "Supra patate", "Kurt Russel is a lover"...), comme si d'un bout à l'autre de The night fell (cf : "Mad" et sa hargne contaminatrice), Fishing With Guns se devait de faire un sans-faute quasi parfait. Bluffant...