Fall of Efrafa | Paper Aeroplane - Tharn Entre le deuxième et le troisième volet de la trilogie "The Warren of snares", il y a eu des concerts, beaucoup de concerts, de l'attente forcément, beaucoup d'attente de la part des inconditionnels du groupe mais également une sortie, confidentielle au titre assez éloquent : Tharn. Derrière celui-ci se cache une version réarrangée de "Dominion theology", la saisissante et bouillonnante pièce centrale d'Elil réinterprétée par un duo répondant au pseudo de Paper Aeroplane (qui a contribué quelques mois plus tard à l'enregistrement du dernier volet de la trilogie : Inlé) et sortie dans une édition cardboard sleeve recyclable (quoi de plus normal de la part des Fall of Efrafa, écolos convaincus.) et limitée à quelques centaines d'exemplaires par le label anglais : At Home Records.
Revu et corrigé en précisément 15 minutes et 38 secondes contre plus de vingt dans sa version originelle, "Dominion theology" n'en conserve pas moins une foudroyante capacité à submerger l'auditeur de lames de fond postcore venant s'écraser encore et encore contre des récifs mélodiques taillés dans le marbre. On ne jouera pas ici au jeu des différences et similitudes entre l'original et la réinterprétation, par contre, on pourra se dire que rarement une œuvre aura été aussi bien comprise et assimilée afin d'en proposer une relecture à la fois fidèle et personnelle (paradoxe quand tu nous tiens). Pendant plus d'un quart d'heure, Paper Aeroplane s'approprie avec pertinence le matériau originel composé par Fall of Efrafa et lui fait vivre une existence parallèle, qui ressemble à la première sans être toute à fait la même. Intense, raffiné et mélodique, puissant, colérique et ravageur, ce "Dominion theology" apaise, hérisse et finalement nous embarque dans un émouvant mais douloureux voyage sensoriel à travers les limbes du post-hardcore.