Fall of Efrafa - Owsla (CD) Servi dans un sobre mais superbe digipack, Owsla ne tarde pas à nous confronter à l'artillerie mise en place par les britanniques. Une petite "Intro" au violoncelle, histoire de présenter Johnathan venu prêter main forte tout le long de cet album, et "Pity the weak" lui emboîte le pas, doté d'un formidable déchaînement hardcore en guise d'entrée en matière. Avant de se laisser retomber de tout son poids, d'envelopper l'antre d'une lourdeur majestueuse puis de jouer sur une corde sensible, fébrile. Un crescendo avant de repartir à l'assaut et le rouleau compresseur s'emploie à nous écrabouiller jusqu'au terme de ce morceau. Les amateurs de Isis, Cult Of Luna et autres Neurosis devraient fortement apprécier et voilà que "Soul to bare", du moins son intro, nous remémore la douceur apportée par les cordes frottées de Life-Kit dans un univers crasse et oppressant. Un petit "Lament" rétro permet de reprendre son souffle devant la portion magistrale du disque qu'il reste à attaquer : trois pistes d'une dizaine de minutes chacune, Fall Of Efrafa se contentant jusqu'alors de rester dans des durées dites standards. "Last but not least", "The fall of efrafa" et "No longer human", autant d'occasion de côtoyer les ravages provoqués par le déploiement de tranches toniques et hardcore succédant à l'inertie provoquée par une telle masse en mouvement. Le tout saupoudré de moments de doute, délicats, ou d'un chatoyant violoncelle, bénéfique à l'emprise des morceaux sur son auditoire.
A prendre ou à laisser, expérience cathartique de bout en bout, exutoire post-hardcore teinté de subtilités, Owsla est un très gros morceau, une première pierre judicieusement taillée pour construire les fondations de "The warren of snares".