metal Métal > Explicit Silence

Biographie > Explicit Silence ?

Originaire de la région Normande, comme Doggystyle, Explicit Silence se forme en 1998 pour enchainer des concerts avec ses pairs : Inside Conflict, Right for life et Slavery. Un maxi 5 titres sort en autoprod courant 1999, auquel s'ajoute un deuxième maxi en 2001. Un style plus brutal s'affiche dorénavant.
En 2004, le groupe sort Nothing lasts forever qui contient de hautes doses d'adrénaline. Le groupe a évolué vers des contrées plus grind, partageant ainsi la scène avec Gronibard ou Galahad. Au rayon des influences, le groupe cite volontiers Strife, Caliban, Kickback, Hatebreed tout comme les métalleux de Cannibal Corpse, Dying Fetus, Napalm Death.

Explicit Silence / Chronique LP > False supremacy

Explicit Silence - false supremacy Encore un groupe qui fête ses 20 ans et avec lequel on a grandi... ou presque parce qu'on a raté un paquet d'épisodes de la vie d'Explicit Silence depuis 2005... Mais qu'importe le passé, ce qui compte pour eux, c'est le présent et le futur proche et en ce moment, les Caennais défendent leur nouvel album. Un petit condensé de HardCore à l'ancienne avec ce qu'il faut de riffs tranchés, de chant pugnace (sans être trop growlé) et surtout de rythmiques de mammouths. Production bien lourde (et assez fine pour jouer avec tes enceintes), invité de choix (Gary de Pro-Pain mais aussi leur ancien chanteur), artwork soigné, les Normands progressent encore et vont forcément faire du bruit dans la communauté HxC. Au-delà de cette chapelle, ce sera plus difficile : les titres sont assez courts pour ne pas tourner en rond (contrairement au pit ?) et un poil trop (stéréo)typés (voire prévisibles quand on écoute l'éponyme "False supremacy" ou "Scared of the unknown"), c'est certes efficace mais pas forcément suffisant pour convaincre les masses métalleuses d'aujourd'hui pour qui le bourrinage en règle suffit de moins en moins. Si t'aimes le HardCore à la Born From Pain, As We Bleed ou Do Or Die, cet album est pour toi, sinon, commence par leur bandcamp et "MCMG"...

Explicit Silence / Chronique LP > Nothing lasts forever

Explicit Silence : nothing lasts forever Si le silence est explicite, Explicit Silence a trouvé les moyens de le faire parler. Méfiez vous donc de la pochette "J'ai mis une fleur pour faire joli", parce le contenu est tous sauf gentillet. Grosses guitares, cris qui ont du corps, batterie qui ne trébuche jamais, mais le buchet qu'Explicit Silence construit à force de gros bras et de sueur brûle avec ferveur.
Terroriste de la guitare, comme du KDS qui traîne dans la fosse, Explicit Silence ouvre le feu avec "Terrorism" et en chaîne avec violence sur "No way out". Hardcore pure souche, sans modifications génétiques, comme le dit si bien la page d'intro du site web "Brutality in your face", clair que ça va effrayer ma petite cousine si je le lui fait écouter.
Là ou H-Tray s'en sort avec des mélodies malignes, Explicit Silence sort des rythmes bétonnés et des ambiances ciselés avec précaution. Même si les influences d'Explicit Silence incluent des références au death, c'est plus vers Caliban ou Hatebreed que la musique est tournée.
"What we care about" délivre un déluge dantesque, des guitares sur-saturées, une avalanche de coups et de rythmiques plombées, "Dzr unity" enchaine quant à lui des riffs détourés au scapel. Amateurs de mosh-pits brulant , Explicit Silence risque de vous plaire.