Epica : The score En 2002, Epica fut contacté pour composer la bande-son d'un road-movie hollandais : Joyride, le groupe composa plus que nécessaire et en profita pour sortir The score, leur bande-son personnelle ! Loin d'un album métal, ce voyage épique est plus un album symphonique qu'un enregistrement de métal symphonique. La présence de la mezzo-soprano Simone Simons se fait très discrète, présente juste sur quelques titres. Les titres "Quietus", "Trois vierges", et "Solitary ground" sont repris de Consign to oblivion.
Nappes de synthés, orchestrations de cordes très classiques, les mélodies se font tendres et douces, l'atmosphère se fait parfois discrète, un peu embrûmée comme sur l'inquiétant "Caught in a web", ou le danger surgit au tournant, sur un parapet rocheux. Les ambiances des titres se découvrent peu à peu, "Empty gaze" se fait solennel, très envoûtant, The score se fait ausi hypnotique et oppressant sur le ténébreux "Angel of death" qui avance sans accoups.
Le caractère épique transpire à travers des titres comme "Caught in a web", "The valley", à la croisée des chemins entre une bande-son comme Gladiator (Le passage quand Russell Crowe, revient chez lui en gravissant la colline...), et des thèmes plus classiques présent chez Antonín Dvorák ou Edvard Grieg. Ambiances inquiétantes et étouffante sur "Angel of death" ou "Valley of sins", la traversée de cet album n'est pas de tout repos, avec même certains passages exaltant comme"Mystica".
Véritable bande-son, c'est tout un univers sonore et métaphorique qui se déroule sous les coups d'archets et les timbales, The score est l'un des rares disques de métal que l'on peut ranger au rayon classique...