darken - Welcome to the light Welcome to the light est le premier album de Darken, formé à la fin des années...1980 ! Auteur de deux démos, le groupe de heavy metal originaire de Laval s'est séparé aux alentours de 1990 et s'est reformé trente piges plus tard autour des membres originaires Lorenzo et Phillos aux guitares et Stephann au chant. Pas vraiment commun, cette histoire ! Désormais accompagné d'une nouvelle section rythmique (dont Liam à la batterie, qui n'est autre que le fils de Lorenzo), Darken a remis des munitions neuves dans sa cartouchière pour délivrer un disque aux sonorités modernes en faisant évoluer.

Pratiquant une musique qu'on pourrait situer entre le metal progressif et le metal alternatif, Darken (qu'un grand nombre de festivaliers du prochain Hellfest auront le plaisir de découvrir sur la Mainstage 1 en ouverture de la journée du samedi) est une chouette découverte, et Welcome to the light un disque abouti. Bien que les ambiances sombres et métalliques soient prédominantes tout au long de l'album ("Don't blame me" ouvrant avec détermination les hostilités, "Near death experience") Darken ne se cantonne à un style prédéfini et le son massif de ce premier album permet à la formation de Mayenne de performer quand il s'agit de proposer des titres rock aussi mélodiques que puissants ("The cloud in my sky") et de balancer des refrains accrocheurs et entêtants (le génial "The end of time"). Le chant mélodique de Stephann est convaincant (les effets de delay sont efficacement utilisés), et la maîtrise technique des musiciens est mise en valeur par une production dynamique et moderne. Difficile de rester insensible devant une telle efficacité et même si les morceaux dépassent presque tous les 4 minutes, jamais l'auditeur que je suis n'a eu l'impression d'un quelconque remplissage ou de longueurs superflues. Bien au contraire, Darken propose un enchainement de frappes chirurgicales qui font mouche à tous les coups.

Pour un premier album, et même si les musiciens ont de la bouteille, on peut dire que le résultat est aussi bluffant que réussi. Et si les prestations scéniques suivent la qualité de ce disque, on risque d'être bien !