Crown - The One The one, premier acte discographique, au format court, d'un projet qui porte sobrement son nom et déjà l'impression d'avoir entre les mains quelque chose d'assez peu commun. Une matière sonore palpable et d'une densité inégalable, qui, comme il l'annonce lui-même, visite les abys­ses sur des tempos lents, des guitares excessivement graves, lourdes et oppressan­tes. Dans les faits, Crown, c'est est un mix entre Godflesh et Lento, avec un zeste de Jesu, soit une descente en rappel dans les tréfonds d'un univers doom/sludge/drone/prog/shoegaze metal psychédélique aux textures industrielles affirmées.

Le déluge pour commencer et un "Cosmogasm" qui fait pleuvoir la cendre sur la platine alors que les enfers s'ouvrent sous nos pieds. Le magma sonore commence à bouillir, les geysers de metal extrême à jaillir de toutes parts, la pression monte inexorablement et le duo de libérer enfin la bête. Une hydre sludge aux relents doom/dark échappée des profondeurs de la terre, une mise sous tension maximum et perpétuelle, Crown immerge littéralement l'auditeur dans un océan de douleurs, une étreinte postcore cataclysmique doublée d'un véritable coït sonore à la brutalité passionnelle. Il aura donc suffit au duo d'un seul et unique titre pour déjà apposer sa marque au fer rouge et en lettres de sang.

Poésie du Chaos, éloge funèbre mais également rêverie apaisée... un temps, l'éponyme "The one" n'en finit pas moins par revenir à ses irrépressibles amour pour la lourdeur et la puissance brute avant que "100 Ashes" ne vienne élever l'EP dans des sphères shoegaze plus éthérées et évanescentes. Une respiration avant de replonger la tête la première dans les abîmes d'un doom/sludge/metal industriel qui n'est pas sans évoquer régulièrement, là encore, l'un des innombrables projets de Justin Broadrick (on ne va pas encore les citer, un article lui a déjà été consacré). Une pesanteur moite qui permet à Crown d'introduire idéalement l'ultime pièce de sa mécanique musicale avec le très dense et labyrinthique "Orthodox". Un dernier verre avant la guerre et voici que le duo frenchy boucle idéalement la boucle d'un premier EP qui génère de belles attentes pour la suite...