Cradle of Filth, Cradle pour les intimes, CoF pour les initiés, berceau d'ordures pour les français... Le groupe représente presqu'à lui seul (avec pour ne citer qu'eux Dimmu Borgir et Emperor) un genre particulier : le black métal (option atmosphérique). Au coeur du combo : Dani, autour : différents membres plus ou moins illustres qui ont du mal à survivre à plus de 3 enregistrements aux côtés de Dani... Je les découvre en 1996 avec Dusk and her embrace, depuis 1991 les Anglais ont déjà sorti plusieurs démos, un premier album (The principle of evil made flesh) et un EP (Vempire or dark fearytales in phallustein), de quoi se faire connaître dans les milieux autorisés et se faire remarquer par des artworks et des titres assez évocateurs... Le groupe mêle blast de batterie, voix hors norme, guitares hurlantes et nappes de synthés qui tombent aussi doucement que la neige à Noël... Cradle of Filth est un amalgame de passages sombres et lumineux, à l'époque c'est assez scotchant à écouter... Lors du Dynamo Open Air 1997 je les vois sur scène vers 15h sous le soleil... L'image du groupe (maquillage blanc et noir, faux-sang, guignoleries en tout genre) en prend un coup vu l'horaire... Malgré tout, j'accroche également sur leur album suivant, Cruelty and the beast, Cradle affine son style et joue la démesure avec classe en studio. Le succés commercial est au rendez-vous et se poursuit avec From the cradle to enslave (1999), le groupe atteint alors certainement son apogée. S'ensuivront des EPs, d'énièmes changements de line-up, différents labels mais voilà, j'ai vieilli et le groupe n'apporte plus rien, si ce n'est peut-être davantage de "soupe", leurs titres deviennent moins épiques, plus formatés, Cradle of Filth calcule tout et plus que jamais, leur charme a donc disparu... En 2004, ils passent chez RoadRunner et sortent Nymphetamine puis un DVD Peace through superior firepower (2005).