Colossus Fall - Hidden into details Si le registre de prédilection de Colossus Fall est un Hard Sludge Core massif et puissant, pour ce premier album (attendu depuis la sortie de Sempervirens en 2012) le groupe s'est permis quelques écarts avec par exemple un titre introductif ultra complexe ("Rise of adrenaline"), une descente de manche mathématique ("The errorist" qui te permet aussi de tester la qualité de tes baffles quant tu attaques les basses les plus basses), un rock furieux ("Disgusting secrets") et même un défouloir exutoire fourre-tout ("Kabuki"). Si les rythmes sont très variés et le son très travaillé (c'est toujours le cas quand Serge Morattel traîne dans le coin), le chant éraillé ultra monotone plombe un peu l'enthousiasme et les élans musicaux. Sur certains passages, rendre une copie instrumentale leur aurait permis de marquer plus de points, enfin, si j'étais seul juge... Si je fais abstraction de cela, Colossus Fall complète assez bien la collection de groupes suisses œuvrant sur une base métal, ici en injectant une grosse dose de rock et de folie instrumentale.