Caliban - Coverfield Attention ça va aller très vite : la meilleure idée de Caliban avec cet EP de reprises... c'est le titre, qui dans un petit éclair de jeu de mot cinématographico-musical amusant (il référence au vrai/faux buzz ciné d'il y a quelques étés Cloverfield), fait mouche. Et c'est tout. Bon ok en fait, il y a aussi quatre morceaux, quatre covers donc (d'où le titre, oui, puisqu'on vous dit qu'il y a eu de la recherche) qui vont de l'inoffensif au mauvais en passant par le très mauvais. On exagère à peine. Le pire, c'est donc pour Type O Negative (fallait un peu s'en douter à la vue du tracklisting) et une relecture kitchissime de "My girlfriend's girlfriend". Bon déjà la version originale, faut aimer, mais là revue et vaguement corrigée par un Caliban sans inspiration, c'est quand même pas bien inspiré et en plus, c'est franchement mou. Le metalcore teuton qui nous fait le coup de la panne, ça la fou bien mal.
Séance de rattrapage avec "Sonne" de leurs compatriotes mondialement connus, j'ai nommé Rammstein. Histoire de bétonner quoi. Problème, un autre écueil ici à savoir reprendre un "tube" de la scène métallique internationale et ne rien apporter sinon l'aseptiser, le re-"calibrer" pour le rendre plus "light". Le résultat se laisse péniblement écouter mais à côté du premier titre, tout passe tout de suite mieux... quand bien même les choix artistiques sont décidément bien curieux de la part d'un groupe qui s'essaie ensuite au "Blinded by fear" des poids lourds de la scène scandinaves que sont At the Gates. Fatalement, ça réveille un peu avec des Caliban qui, enfin, se mettent à enlever les moufles pour envoyer du bon gros trash/metalcore aux relents death qui désencrassent les cages à miel. Quant à savoir si cette version est "meilleure" que l'originale, on ne se tentera pas aux comparaisons vaguement hasardeuses. Et puis de toutes les façons, au concours de qui a la plus grosse, Calibande mou (ça, c'est fait).
Puisqu'il y a une quatrième piste sur cet EP on va s'en charger aussi et découvrir que, comme à peu près tous les gens qui sortent un disque de reprises, Caliban a eu la riche idée de se farcir les Beatles et plus précisément "Helter skelter", déjà méchamment salopé par Aerosmith, Motley Crüe et même Noir Désir (par Thrice et DangerMouse aussi récemment, mais ça passait déjà mieux). Et là ? Ben assez étrangement, ça rend plutôt pas mal du tout. Bien mieux que les groupes précités en tous cas. A croire que c'était en s'éloignant le plus possible de son genre de prédilection que le groupe allait enfin pouvoir se laisser aller à rendre une copie convenable. Pas transcendante non plus, mais déjà plus que "passable". Et c'est toujours mieux que ce que l'on a eu à subir précédemment et qui fait qu'entre 1/4 clairement misérable, 1/4 très faiblard, 1/4 plutôt mauvais et un quatrième quart méchamment bien gaulé, Caliban s'en sort miraculeusement avec la moyenne. On croit halluciner.