caliban : the opposite from within The opposite from within ne plaira peut-être pas aux fans de HardCore purs et durs, pas plus qu'aux amateurs "in" d'emo-metal mais ceux qui comme moi, ne sont pas fans absolus d'une des deux chappelles trouveront 12 compos qui défouraillent ... avec des mélodies. Le duo Anders Friden (In Flames) / Andy Sneap (Machine Head, Killswitch Engage, Arch Enemy...) donne un son trés métal à l'album, le son accrocheur propre au HxC est gommé mais les rythmiques bourrines et ultra efficaces sont elles toujours présentes. Certains reprocheront à Caliban d'avoir mis de l'eau dans son vin, moi, au contraire, je me régale de cette nouvelle orientation qui met en valeur les mélodies (sur les refrains) et fait tout exploser (sur les couplets), schémas classiques certes mais toujours ô combien efficace... L'efficacité c'est ce qui fait la force de ce nouveau Caliban, des titres comme "I've sold myself" ou "My little secret" n'ont absolument rien de révolutionnaire mais leur écoute fournit une énergie diabolique ... même sur CD (les prestations live du groupe étant énormes, ce n'était pas évident de retrouver les mêmes sensations chez soi...). Si tous les titres sont assez homogènes, il faut sortir du lot "Goodbye" et son fantastique refrain (I can feel the cold steel on my shaking skin, a long kiss goodbye) qui en fait un des tous meilleurs morceaux de la galette. Comme Caliban est trés bon également quand il "calme" un peu le jeu ("Diary of an addict"), ce The opposite from within a toutes les qualités pour intéresser ceux qui ne suivent pas le dogme d'une seule chapelle.