metal Métal > Bury Tomorrow

Bury Tomorrow / Chronique LP > Cannibal

bury tomorrow - cannibal Ce nouvel opus de Bury Tomorrow devait sortir début avril mais COVID-19 oblige, la livraison a été décalée et malgré le peu d'améliorations de par le monde, le skeud a bel et bien débarqué début juillet. Si Black flame avait fait une belle impression, là, j'ai beau chercher, je reste clairement sur ma faim. Alors, oui, le combo sait toujours manier les mélodies, les alternances de temps forts et de temps calmes, intégrer des petits trucs électroniques mais les titres se suivent, se ressemblent et jamais ne m'excitent. Du début à la fin, c'est du metal core qui tient la route mais les Anglais n'ont pas remis ce supplément d'âme qui leur permettait d'être bien au-dessus de la mêlée il y a deux ans. Même label, mêmes zicos, même producteur, même recette mais résultat différent, alors, c'est peut-être moi qui suis devenu moins sensible à leur style ou c'est peut-être que leurs meilleures idées appartiennent désormais au passé mais j'attendais bien plus de leurs nouvelles compositions. Cannibal m'apparaît donc comme un album quelconque dans une discographie déjà bien solide, c'est certainement suffisant pour des fans en mal de leur ration bisannuelle mais pas pour le vieil auditeur exigeant que je suis devenu.

Bury Tomorrow / Chronique LP > Black flame

BURY TOMORROW - Black Flame Dans le flot des sorties métalcore, rares sont celles qui arrivent jusqu'à une chronique, pour ce mag, pas de débat, ce sera le cinquième opus de Bury Tomorrow qui n'a plus grand-chose à prouver sur cette scène si ce n'est qu'ils peuvent durer. Et ils ont les armes pour ! Un line-up plutôt stable, un label solide et surtout cette alchimie entre les différents chants (lourd et mélodique, tous deux très bien tenus), l'apport non négligeable de parties électro qui les différencient de la masse et la puissance de feu de chacun des zicos aussi à l'aise quand il faut bourriner à outrance que quand il faut calmer le jeu et appesantir l'atmosphère. Ce qui les rend plus intéressant que la moyenne, c'est également leur capacité à intégrer des gimmicks venus d'autres styles que le hardcore "de base", rien que sur "More than mortal", tu peux retrouver du power, du heavy, du thrash, du death et même de l'ambiant ! Les Anglais compriment le tout, le passent à leur sauce et nous le recrachent via leurs enceintes au format flamme noire. Cherchant toujours l'efficacité plutôt que la facilité, Bury Tomorrow ne se perd pas en chemin et fait honneur à son tiroir ... là où d'autres cherchent juste à faire plaisir à leur tiroir-caisse !