A voir la pochette de Straight in the veins, on s'attendrait à un album très noir, death, dans le style Entombed, mais après écoute, la sensation est toute autre. Légère influence punk, hardcore, métal, mais bien sur, death, les voix s'entremêlent, les guitares rayent le métal, les cris s'imposent. Mêlant une certaine lourdeur, avec un grain death, fusionnant des chants saturés, Black Bomb A tire sa particularité dans ses deux chanteurs. Non content d'avoir un hurleur dans les oreilles, c'est deux grands braillards qui vous tombe dans les oreilles. Le groupe s'est réellement fait connaître avec Human bomb a donné des dizaines et des dizaines de concerts et a quelque peu changé de line-up, intégrant les nordistes Hervé (Clearcut, Aeons, Loudblast) à la batterie et Arno au chant (No Flag) pour la sortie de Speech of freedom début 2004. Djag fait son retour pour l'album From chaos qui déboule en mars 2009 chez At(h)ome ! Mais la vie de groupe n'est pas un long fleuve tranquille, l'équipe est remodelée en 2011 pour Enemies of the state qui sort fin janvier 2012.