Biocide : EP Pas de phénomène de mode donc, la loi du marché n'a pas de prise sur les lascars, grosse basse, chant rappé, le schéma classique n'est pas exploité "comme d'habitude", les compos étant construites d'une façon beaucoup plus noisy, le son des guitares n'étant pas "super lourd", non, ils ne jouent pas le coup facile.
Au chant Stéphane joue avec ses voix, agressive, calme, grungisante, rock, apaisante, inquiétante, tout y passe et on se demande même s'il est le seul à chanter ? Sur un titre comme "Brainless", c'est la voix qui tient le morceau, la guitare de Christof, la basse de Romin et la batterie de Migrouil l'accompagnent parafaitement. Le jardin d'Eden n'est qu'illusion, en tout cas il vole en éclat sur la plage 3, là, les instruments se mettent en avant, le style est radicalement différent. Un quatrième titre est encore un truc différent, Biocide n'est pas enfermé dans un format, et pourtant les titres s'enchaînent sans problème... Seuls quelques passages sur certains me semblent forcés et affaiblissent l'ensemble. Voilà ! J'ai trouvé ! "Utopia man", le titre et le style nous ramène au groupe qui a forcément inspiré Biocide, No one is innocent bien sûr ! Mais pas le noone de Utopia, celui de "Henry serial killer", "Ne reste-t-il que la guerre pour tuer le silence", "Epargne-moi"... celui qui joue avec des ambiances sombres et dont les compos prennent une autre dimension dans les salles sombres justement... Parce c'est en concert que Biocide doit vraiment prendre tout son sens et s'affirmer, une grosse fête, des gens dans tous les sens, de longues minutes instrumentales, tout ça, ça doit être bien vibrant...
En tout cas, moi je suis impatient.