Anna Sage - Downward motion Anna Sage aime très certainement autant Dillinger Escape Plan que John Dillinger appréciait Anna Sage, la Roumaine qui l'a trahi en espérant avoir le droit de rester aux États-Unis. L'amie de l'ennemi public N°1 savait user de ses atours pour obtenir ce qu'elle voulait, le groupe parisien a pour principal atout un sens certain de la destruction et il cherche a priori à créer le chaos et la désolation partout où il pose ses riffs, ses rythmes et ses textes. Pour ce deuxième EP, ils repoussent les limites du métal, jouant autant avec des codes post hardcore que des plans matheux ultra speeds ou une tendance screamo éraillée. Les variations de tempo et donc d'ambiances sont légions et qu'on soit dans la lourdeur ou le pilonnage, le résultat est le même, les tympans en prennent pour leur grade. Pas sage et à l'aise dans toutes les positions, Anna Sage flingue tout sur son passage et met mal à l'aise celui qui voudrait l'épingler quelque part. Jean-Jacques Rousseau a écrit "La violence de la femme est dans ses charmes", on peut le remixer et dire "Le charme d'Anna Sage est dans sa violence".
PS : Anna Sage a été expulsée des Etats-Unis et une maladie l'a rongée jusque la mort quelques années plus tard.