Amon Amarth - Twilight of the thunder god Ne vous fiez pas à la popularité grandissante d'Amon Amarth, les Suédois ont un long passé discographique derrière eux et Twilight of the thunder god n'est autre que leur huitième album. 10 titres et toujours cet univers viking qui leur est propre, cette imagerie que le groupe nourrit continuellement au travers de leurs concerts, artworks... Annonçant l'arrivée du dieu du tonnerre, cet album marque un retour à l'efficacité et à la puissance dont le quintet avait fait preuve avant la sortie de leurs deux précédents albums, copie conforme de ce qu'ils avaient pu proposer les années précédentes. Le mid-tempo est donc à l'honneur, pour une alchimie batterie-guitare quasi parfaite. Tout en jouant sur la violence incarnée par la voix caverneuse de Johan Hegg, les mélodies restent l'élément principal de leurs compositions, portées par les harmonies des deux guitaristes. Pour peu que l'imagination prenne le dessus et on se croirait facilement en pleine bataille d'inspiration Braveheart, du côté des viking bien-sûr. Un thème récurent que l'on doit à la passion débordante que le vocaliste voue à ces histoires et aventures ancestrales. N'empêche, ça colle parfaitement au côté épique des compositions de Twilight of the thunder god. La palme du genre pour "Embrace the endless ocean", où les cordes d'Apocalyptica ajoutent au solennel du titre. Même si "Where is your god" jour sur un registre plus rapide, le mid-tempo demeure le fil rouge de cet album ("Guardians of Asgaard", "Varyags of miklagaard").
Plongeant dans l'univers d'Amon Amarth par une porte d'entrée plus que réussie ("Twilight of the thunder god"), le voyage se poursuit dans une réelle homogénéité. À chaque titre son histoire, à chaque titre sa propre couleur, sur fond de métal aventureux et voilà ce que ce huitième album des Suédois réussit à (re)produire une atmosphère épique, inquiétante et mélodique relevée par des invités de choix.