Adimiron - Et liber eris En terme d'ouverture d'esprit métallique, Indie Recordings est un des meilleurs labels européens, en ajoutant Adimiron à leur rooster (Cult of Luna, Enslaved, Hacride...), les Norvégiens vont permettre aux Italiens de glaner de nouveaux fans dans le Nord de l'Europe qui n'a peut-être pas attendu ce cinquième album (le groupe a sorti sa première démo en 2001) pour découvrir ce death très ouvert. Si certains le qualifient de progressif, je préfère noter l'ouverture et les libertés prises par les Romains qui conservent des structures assez identifiables pour leurs compositions. Ils injectent ainsi une grosse dose de math ("Zero-sum game"), des parties aussi claires que douces ("The coldwalker"), de la variété dans le chant ("The unsaid") dans un métal qui reste death (la voix lourde est d'ailleurs un poil forcée) et ultra technique (on bouffe parfois un peu trop de solo). La grande force d'Adimiron est sa capacité à amalgamer toutes ces influences et à les mixer avec facilité, faisant de Et liber eris un album assez homogène malgré les nombreuses ambiances qui le parsèment. Si tu penses que les adjectifs "puissant", "mélodieux" et "surprenant" peuvent cohabiter, va jeter deux oreilles sur ce disque.