Abysse Félicitations pour l'artwork et le digipak, il est sublime. C'est encore Sébastien (Hades design) qui a réalisé ce travail, comment ça s'est déroulé ? Ce sont les idées du groupe ou uniquement les siennes ?
Vu que le dit Sébastien - Hades Design est le batteur du groupe, ça simplifie grandement les choses dans la communication et le processus de création. On a fait l'artwork après avoir trouvé le nom de l'album, donc on est parti sur un Loup, sans faire groupe de Heavy Sympho ni faire Johnny cliché... Seb fait toujours plusieurs propositions vu qu'il a toujours beaucoup d'idées, et on avance petit à petit.

C'est plus simple de créer un morceau ou de créer un artwork ?
Vu que c'est le seul qui sait magner les outils de création visuel, c'est beaucoup plus rapide que 4 gus avec des instruments de musique entre les mains.

Vous faites presque tout vous mêmes, ce n'est pas trop pesant ?
C'est un peu la philosophie de Abysse, faire ce qu'il nous plait dans notre coin à notre rythme sans aucune pression extérieure. J'ai poussé ce DIY tellement loin que je suis devenu producteur de concerts, j'ai une boite de promo spécialisée métal / Hardcore et je fais du pressage de CDs... Cette liberté nous permet d'articuler une sortie d'album en fonction de nos vies personnelles, de s'y retrouver financièrement car on a tout investi nous-mêmes, dans le retour sur investissement est à 100 %.

Il y a eu presque 2 ans entre l'enregistrement et la sortie du disque, pourquoi autant de temps ?
Le temps pour certains de partir à l'étranger, ou bien de ne pas être dispo tout simplement. On a quand même sorti une réédition double vinyle de notre premier album, plus précisément un split vinyl avec Orpheline, un duo acoustique composé de... nos deux guitaristes !

Depuis, vous avez du composer, devra-t-on attendre longtemps avant la suite ?
Et bien nan, pas du tout (rires). On ne s'y attaque que maintenant. On est un groupe du dimanche qui aime bien faire les choses correctement en fait. Comme on est éparpillés dans la France, une simple date (le Motocultor Fest en 2015 par exemple) te prend tout l'été pour répéter et être au top sur scène.

Vous avez démarché des labels ou le sortir sur votre structure est une évidence ?
On a démarché des labels assez gros, mais même sur un gros label, si t'es en bas de catalogue, on ne s'occupe pas forcément bien de toi, donc finalement, à part 2-3 e-mails à Roadrunner et Relapse Records, la recherche est allée très vite.

Abysse - I am the wolf Ce "loup" est le personnage central de l'album, le sample et la phrase "I am the wolf" viennent de Max Payne, un jeu vidéo qui ne colle pas tout à fait à l'univers graphique du groupe, pourquoi ce choix ?
"On aime bien, ça sonne cool". Il ne faut pas chercher plus loin avec nous. En fait, on aime bien changer de registre visuel, de brouiller les pistes, de finalement faire ce qu'il nous plait avant tout.

Un loup, l'hiver qui arrive, un monde fantastique, c'est parce que je suis fan de Games of Thrones que je vois un lien ou j'extrapole ?
Sache que le titre "Frozen flesh" s'est presque appelé "Winter flesh", mais le côté trop Games of Thrones nous a poussé à ne pas garder l'idée. Sinon, la moitié du groupe n'a pas regardé cette série, donc non Jean Neige ne nous a pas influencé, c'est plus qu'on est tombé dans le cliché Loup / Hiver en y ajoutant notre pointe de mystère.

Entre les débuts d'Abysse et aujourd'hui, le métal a connu une grosse vague de groupes post-hardcore avec la mise en avant des instruments et des ambiances, ça vous a servi ? Vous avez vu une différence avec le public qui s'est ouvert à un métal moins "banal" ?
En fait, on écoute très peu de truc post hardcore ambiance mes couilles, chaque membre a ses groupes préférés, ses périodes, dans l'ère du temps à la mode, ou bien à contre courant. On a échappé à la vague Metalcore Deathcore Modern Metal, pour nous, c'est déjà le principal. Quant au public, je pense que le Hellfest l'a bien "éduqué" avec ses scènes alternatives (Valley, Altar...), enfin, tout du moins il a mis à la portée de tout le monde des groupes qui tuent dans des niches musicales inaccessibles.

Votre processus créatif est-il toujours le même ou il n'y a pas de règle pour écrire un nouveau morceau ?
On se retrouve à 3 ou 4, on jamme, on trouve des idées, on les enregistre pour ne pas les oublier - c'est arrivé tellement de fois - et on les retravaille à la répète d'après. A raison de une répète tous les mois et demi, on n'avance pas très très vite... Pour le premier album, on avait préparé l'artwork et tout le concept avant la composition, pour I am the wolf, c'était l'inverse.

Vos influences appartiennent beaucoup au passé ou des groupes actuels sont également des sources d'inspiration ?
On écoute, grosso merdo, du Death / Grind, du Hip Hop, du Thrash, des BO de film, du Hardcore, de l'electro, du Néo Métal... Un peu de tout en fait, dans tous les styles, il y a des artistes de qualité. Et avec du recul, même les "artistes" qui pourrissent les télés et les radios peuvent avoir un intérêt musical. Finalement, chacun écoute ce qu'il veut, et personnellement, enchaîner Pig Destroyer et Katy Perry ne me choque pas.

Est-ce que parfois vous vous censurez pour des raisons autres que musicales ? (Trop ou pas assez de technique par exemple)
La seule mesure exceptionnelle qui pourrait nous faire mettre un riff à la poubelle, c'est que finalement il ne nous plait pas ou qu'on le trouve chiant. La musique doit évoluer naturellement avec les influences personnelles et les envies.

Abysse - Manège Abysse - Manège Est-ce que vous connaissez quelqu'un qui n'a pas apprécié ce nouvel album ?
Oui, et on l'a égorgé et jeté dans un fossé.

Bosser pour le cinéma, ça vous tenterait ?
Si ça rapporte un max de blé, oui pourquoi pas (rires). En vrai, on a déjà fait un projet autour du cinéma. On a fait une soirée diffusion du clip "Forest monument" qu'on avait tourné avec un cool (et vrai) réalisateur Yoann Luis. Le clip a été diffusé dans l'une des grandes salles du cinéma et après, on a fait un concert dans une salle de cinéma nue, pas encore aménagée. C'était un chouette projet.
De là à faire des BO de film... pas sûr que notre musique s'y prête vraiment finalement.

Très peu de concerts sont programmés, il semble qu'il soit de plus en plus dur de trouver des dates...
On a pas mal de propositions de concert, et surement la possibilité de faire une chouette tournée, mais on n'est pas disponible pour tourner, donc dès qu'on trouve une grosse semaine, on repose nos culs dans un van de tournée fissa fissa.

Vous aviez joué au Hellfest pour l'album précédent mais pas pour celui-ci, c'est un oubli de leur part ou il y a une autre explication ?
Tu sais, il y a tellement de groupes de dispo pour ouvrir l'une des scènes du Hellfest que la place est compliquée à avoir. Rien n'est acquis et on espère un jour retourner la Valley comme il se doit.