Abysse - Le vide est forme Avec un format aussi particulier que deux titres de plus de dix minutes, Abysse s'attaque à un public trié sur le volet, patient et envieux d'ambiances explosives. Et quand on est confronté à un tel OSNI (Objet Sonore Non Identifié), autant prendre son temps pour appréhender la bête. Les climats, les ambiances, ça s'installe progressivement, ça se prépare avec patience, pour qu'une fois l'accord joué, tout s'explique, en un rien de temps. Malgré la tâche ardue, Abysse éprouve par son efficacité. Impossible de rester insensible aux progressions de la deuxième moitié de "Deviance", tant l'intensité qui s'en dégage nous fait rentrer dans un chaos émotif. Par leurs questions-réponses, les deux six-cordes racontent une histoire, dont le zénith accablé sonne le glas de l'auditeur. La fin sonne dans une lourdeur assommante, laissant l'imagination gambader vers courbes infinies de mélancolie. Le titre "Deviance" prend alors tout son sens, bande son d'une descente aux enfers et de vains combats. Un voyage auquel "One last breath" donne une suite maniée avec maturité. On a changé de chambre, mais on reste dans la même maison. Le tempo est sensiblement le même, à la différence de l'intensité prodiguée par le quatuor : "One last breath" reprend "Deviance" là où elle a finit, pour porter l'auditeur encore plus loin dans son expédition. La gravité des progressions d'accords est poussée plus loin encore et on a vraiment l'impression d'écouter la bande son de l'Apocalypse. On sent la fin inexorable, inévitable, et pourtant on fonce pour découvrir encore de nouvelles contrées, toutes aussi étonnantes les unes que les autres. Les arpèges du milieu de "One last breath" sont salutaires pour qui veut reprendre son souffle. Mais pas trop longtemps. La batterie reprend un tempo proche du doom, puisant dans des ressources nouvelles pour continuer la marche.
Abysse réussit là où beaucoup de jeunes pousses échouent : on voyage. Après coup, le format du EP prend tout son sens et la musique d'Abysse n'aurait pas pu trouver meilleur vecteur. Le vide est forme est plus qu'un simple EP, c'est un livre ouvert.