indus Indus > Wangtone

Biographie > Une collaboration de plus pour High Tone


Septembre 2003, alors qu'High Tone termine sa longue tournée A.D.N, le groupe lyonnais s'offre quelques dates en Chine. Ils partagent alors la scène avec Wang Lei, valeur montante de la scène électro chinoise. A l'été 2004, les organisateurs ont alors l'idée d'inviter les deux groupes pour une création live commune, qui comprend une semaine de résidence et un concert à l'Astrolabe d'Orléans avant le concert en clôture des Eurocks.

L'expérience se prolonge en 2004 par un passage en studio des deux formations, qui enregistrent deux titres. Automne 2005, le label Jarring Effects sort un double CD/DVD témoin de ces trois années de rencontres et de créations. [ [fr] Jarring Effects (73 hits)External ]

Wangtone / Chronique LP > Wang Lei meets High Tone

Wangtone Peut-être ne se souviendra-t-on dans quelques années d'High Tone qu'au travers de ses nombreuses collaborations. Après Highvisators, Kaltone et avant Zentone (fruit de la collaboration avec Zenzile qui devrait sortir en avril 2006) et pourquoi pas Eztone (Ez3kiel et High Tone ont passé quelques jours enfermés ensemble en studio il y a un an et demi), c'est avec le DJ chinois Wang Lei que les Lyonnais se sont offerts une escapade musicale.
Plus dub et lancinant que la dernière production d'High Tone, Wave Digger, ce Wangtone flirte avec les univers développés lors d'albums plus anciens comme Opus Incertum ou Bass Temperature. Quatre titres d'High Tone, deux de Wang Lei et deux de Wangtone composent cet opus. Dès la première écoute, on est surpris de voir à quel point les deux univers se fondent harmonieusement, au point qu'on peine vraiment à les identifier sur les titres communs "Kouai" et "Ko". Quant aux titres de Wang Lei, ils permettent de découvrir un artiste à la culture musicale étonnamment proche des lyonnais, comme c'est audible sur l'envoûtant "Palefrenier des écuries célestes". Une découverte qui invite à s'immerger plus avant dans sa discographie.
Cette nouvelle co-production se distingue aussi des précédentes par l'ajout d'un DVD. On y trouve deux clips d'High Tone (dont l'hilarant "Larsen" parodiant un clip de rap US) et surtout le concert donné par Wang Lei et High Tone lors des Eurockéennes 2004. Un show hypnotique, renforcé par les vidéos répétitives diffusées en fond de scène. C'est à travers lui qu'on découvre plus avant la collaboration entre le groupe et Wang Lei. Les trois titres communs s'étirent en longueur, comme avec "Mosquito", titre final de plus de onze minutes, qui plonge le public dans les abîmes des samples bouclées et autres mix entêtants, complètement magnétisé par la performance live.