vadim vernay : myosotis En voilà en bel exemple de "French Touch" ! Vadim Verney serait-il notre nouveau fer de lance en matière l'écletro française ? Attention quand je parle de "French Touch Electro" je ne parle evidemment pas des David Gueta, Bob Sinclar et consorts, les rois de la bande FM pour ados avec gel fluo dans les cheveux. Ce Myosotis le troisième album de Vadim Vernay, un album multi-teintes à la fois froid torturé mais prenant du début à la fin. Sombre, scotchant par ses passages rêveurs, le monde de Vernay est à part tantôt dans les hautes sphères bleutées façon Boards of Canada pour citer des gros kadors maître en ce domaine, même si on pourrait citer Amon Tobin qui lui aussi se débrouille très bien lui sur certaines de ses compos. Chez Vadim c'est parfois plus subtil, "One more show to do" est à ce titre un bel exemple de ça capacité à emprunter, assembler chez tout ce qui se fait de mieux dans ce domaine. Le titre suivant "My friend" avec ses instruments à cordes pourrait nous faire penser à du Ez3kiel & Co. Froid, lent, son électro n'est pas des plus remuantes mais qu'importe. C'est album très dense, accessible à tous ceux qui aiment la musique électronique planante et travaillée ; qui à chaque écoute fait ressortir un peu plus chaque petit éléments sonores glissés ici et là. Myosotis est parfois jazzy avec sa contrebasse ou ses cuivre comme dans "Irae dies" ou "Funambule" avec sa petite voix féminine par derrière. Par moment Myosotis est beaucoup plus sombre, voir irrésistiblement glauque exemple avec "Peur de toi" beats frénétiques quasi-indus du plus bel effet.
Au final l'univers musical double tranchant de Vadim Vernay est superbement retranscrit dans cet album. Un album à recommander à ceux qui aiment les univers musicaux chargés en personnalité et style. Il pourrait même seoir facilement à une musique de film.