indus Indus > Uzul Prod.

Biographie > Les productions d'Uzul & co.

Stéphane, aka Uzul, ne se satisfait pas d'officier (aux machines) depuis une dizaine d'années au sein de Kaly Live Dub et de collaborer depuis quelques temps à Hybrid Sound System. Dès 2004, en plus des ses autres projets, le garçon s'atèle à la confection de Travelling without moving. Bien que ce nouveau projet soit issu de ses méninges, Uzul ne rechigne pas à faire participer diverses personnes au gré des rencontres. Au premier rang, Tit'o, guitariste de Picore qui posera sa 6 cordes sur quelques titres puis se joindra à Uzul lors des concerts. Accompagné du travail vidéo fourni par Nico Tico (XLR Project), le duo se renforce et Uzul Prod. est né.
Avant de donner vie à un premier opus, la formation a sorti un EP (Substance), participé à plusieurs compilations (Germination, Audioactivism, ..) et s'est proposé pour remixer des titres de Ez3kiel, Redbong, Doei ou des Hurlements D'léo ...
Pour la confection de ce premier (concept) album, le trio de base n'hésite pas à faire participer des connaissances plus ou moins lointaines (Sopot, Mc Carbon Copies de Led Piperz, Picore et Spade & Archer, Mc Razamike de Jigaboo et Marcel Belluci Quartet, ...). Sorti le 5 mars dernier sur Expressillon, Travelling without moving a été enregistré au studio ABT, mixé par Nicolas Dick (Kill The Thrill) et masterisé par Alexis Bardinet.
En salles, outre des apparitions aux cotés de Kill The Thrill, Brain Damage ou Picore, Uzul Prod. s'est produit au printemps sur plusieurs dates avec leurs cousins de Dälek et se donnera à la fin de l'automne à plusieurs reprises en compagnie de Scorn, une autre formation à suivre de très près.

Review Concert : Uzul Prod., Uzul Scorn. @ Cylindre (nov. 2007)

Uzul Prod. / Chronique LP > Travelling without moving


Uzul Prod. - Travelling without moving "Voyager sans bouger", voilà ce que donne la traduction littérale du titre de cette galette. Et c'est exactement ce qu'il se passe dans un premier temps, à la lecture des intitulés des pistes, ainsi que dans un second, à l'écoute de leur contenu. Et si le terme de "concept album" a fait son apparition dans la biographie ci-dessus, ce n'est pas pour rien. Tous les morceaux de Travelling without moving portent des noms de villes du monde entier (même si deux continents ont été occultés). D'ailleurs, les lieux choisis ne sont pas anodins, tous porteurs d'un passé emblématique. De "Mostar" la cité bosniaque, dont le célèbre Stari Most a été martyrisé durant la dernière guerre des Balkans, à "Ketama" et ses célèbres exploitations de hachish (au Nord du Maroc) en passant par "Saïgon" (devenu Hô Chi Minh-Ville suite à la victoire du Viêt-Cong sur les G.I.) ou "Belfast" (ses émeutes et ses conflits fratricides), Uzul Prod. dresse différents tableaux finement travaillés et tisse habilement des ambiances évoquant aussi bien des lieux que des époques. Car en plus de dérouler des kilomètres de décibels, Uzul Prod. nous offre aussi quelques voyages dans le temps (le téléphone rouge de l'intro de "Moscou" et les succulentes apparitions de Dasha, comme directement arrachés à la période de la Guerre Froide) et nous rappelle en conclusion que le présent n'est pas très joyeux du coté de "Bagdad", qui prend ici une forme de complainte confrontant les appels d'un muezzin à des bombardements (ici de beats et de séquences).
Orientalisme chatoyant ("Mostar"), textures ethniques semées tout du long ("Benares", "Saïgon"), consonances citadines ("London") ou rurales ("Ketama"), phases dépressives ("Belfast") ou rares moments de tendresse sont servis par les séquences, beats et lignes de basse de Uzul et les guitares souvent (mais pas uniquement) planantes et ciselées de Tit'o. Sans oublier que les compléments apportés par les invités donnent une teinte particulière à chacune de leurs apparitions ("Moscou" en tête mais aussi "Belfast").
Quelque part entre indus ambiant ou plus dark, dub, trip hop et musiques du monde, autrement dit dans les parages de Dälek, Scorn, Ez3kiel et Orange Blossom, Uzul Prod. propose 9 périples à vivre intensément, 9 pistes à explorer durant près d'une heure, 9 titres livrés sous un magnifique visuel (digipack rules) invitant lui aussi au voyage. Il y a vraiment de quoi rester contemplatif devant Travelling without moving mais ne le sois pas trop devant leurs prochaines affiches : fonce en concert dès que Uzul Prod. s'approche de chez toi !