indus Indus > Shrink V

Biographie > Sans orchestre

Ceux qui ont en mémoire la chronique du deuxième album de Shrink Orchestra, publiée sur notre site il y a plus d'un an, ont surement dû oublier le nom de la tête pensante de la formation électro-rock dijonnaise : Shrink V. Ce pianiste de formation et compositeur d'univers électronique passe en mode solo. Depuis 1999, l'ancien étudiant en musicologie peaufine ses sons et collabore avec des personnages (re)connus de la scène indépendante (Damny de La Phaze ou Says et Viking d'X-Makeena) et autres (Orchestra philharmonique des jeunes de Bourgogne) et répond à des commandes (Mairie de Dijon ou la SNCF). Il sort son premier effort à la fin de l'année 2009, Oli Ola EP.

Shrink V / Chronique EP > Oli Ola EP

Shrink V - Oli Ola EP Depuis plus de dix ans, Shrink V, chef d'orchestre chez Shrink Orchestra, ne cesse de composer et d'essayer de tirer le meilleur de ses différentes machines et synthés. Pianiste de formation, il a tout d'abord été acteur dans différents projets tel que le récent spectacle pluridisciplinaire "La parade des pleurants" où l'artiste a mis en musique le départ de statuettes de l'époque médiévale du musée des Beaux Arts de Dijon vers l'Amérique. Ayant déjà plusieurs cordes à son arc, il ne lui en manquait plus qu'une pour boucler la boucle des expériences et la plus évidente de surcroit : celle de l'album solo. A défaut d'en réaliser un de longue durée, c'est un EP de quatre titres résumant l'univers enivrant du Dijonnais qui arrive dans nos écoutilles. Pour remplir ce quart d'heure musical, la carte de la diversité a été privilégiée, ce qui n'est pas si étonnant au vu du travail réalisé précédemment avec Shrink Orchestra. Shrink V nous transporte vers des contrées électroniques ambiancées côtoyant le downtempo, frôlant la house, flirtant avec le dubstep et tâtant de l'ambient-shoegaze. Et c'est presque inéluctablement que l'on retrouve en partie la touche opérée avec son "orchestre" à savoir ce côté tranchant et chirurgical directement inspiré du breakbeat et ses sons typiques aigus terminant les mesures sur "Chemical". C'est d'ailleurs en "famille" que le bonhomme s'est entouré puisque l'on notera la présence de membres de l'équipe Guls Productions (Kaesis est présent sur "Time to breath" et son acolyte Distürb sur "Thousand miles"). A la fois atmosphérique et percutant, cet Oli Ola EP reflète tout un univers rempli de paradoxes constellés de suavité et d'opacité un peu à la manière d'un clair-obscur.