Sebastian Plano - Arrythmical part of hearts Originaire de San Francisco mais né en Argentine, Sebastian Plano est l'un de ses compositeurs et multi-instrumentistes découvert par l'écurie Denovali Records comme seule la structure basée outre-Rhin en a le secret (cf : Carlos Cipa, Greg Haines, John Lemke...). Laquelle en a profité pour rééditer le tout premier effort solo de l'artiste américain avant de s'occuper du second (Impetus) quelques jours plus tard, quasi dans la même foulée. L'occasion était donc trop belle de parler, même avec quelques temps de retard, du petit bijou à la musicalité intemporelle qu'est donc cet Arrythmical parts of hearts.

Un titre somme toute assez poétique pour une ode à l'écriture musicale, à la composition au travers de son sens premier, jonglant entre les époques, les registres également pour former un ensemble étonnamment homogène. Une logique créative inébranlable qui trouve sa source dans ce mélange des genres que propose Sebastian Plano : entre musique néo-classique, œuvre contemporaine et petites trouvailles flirtant avec les frontières de l'électronique discrètement minimaliste. Et un sens de la métaphore onirique pour le moins particulièrement affuté. A l'image de l'"Homage to a soul" signé de la main (agile) de cet argentin de naissance qui jouit ici de la mondialisation des arts. Une merveille de classicisme inspiré et de maîtrise formelle aussi élégamment feutrée que brillamment ciselée. La suite ne viendra que confirmer le talent peu commun du garçon.

"Living" se permet quelques digressions plutôt osées à défaut d'être parfaitement abouties, mais le caractère continuellement changeant de la musique de Sebastian a pour elle la qualité rare de faire rapidement oublier les petits défauts entraperçus ci et là pour mieux se concentrer sur ses qualités intrinsèques (virevoltant "Running on caffeine"). Un bref "In between worlds" qui joue sur la corde émotionnelle de part quelques arrangements à cordes intenses, à la limite du déchirement. et voici Sebastian Plano renouant avec ce qui fait depuis le début l'essence de cet Arrythmical part of hearts : le maelstrom stylistique d'une œuvre aussi cosmopolite que personnelle ("Emotions, Pt.3") parsemé de quelques instants de grâce pure à la beauté touchante ("Image of sentimentals"). Deux petites merveilles d'élégance mélodiques qui servent de climax à un album conclu par un "Postlude" à l'étrangeté énigmatique. Une sortie de scène exhalant un magnétisme troublant qui vient ici sceller le sort de cet album aussi inattendu que bluffant. (Très) classe.