Saycet - Through the window A dream, a whisper... Saycet is back. Sorti le 22 mars dernier, le deuxième album de Pierre Lefeuvre désormais appuyé par Phoene Somsavath (chant) et Zita Cochet (projections de vidéos en Live) est une merveille à multi-facettes. Utilisant de douces vocalises, l'électro, et un ensemble varié d'instruments (programmation, samples), Through the window est un album plein de charmes, contemplatif et mélodieux. Après One day at home, un album solo applaudi par la critique, Saycet (désormais trio) réaffirme l'introspection de sa musique en mettant davantage le chant en valeur (merci à Phoene). Onirique et ambient,Through the window fait l'effet d'un coup de foudre ! Avec le premier morceau, "15", le piano nourrit dans l'instant nos envies d'escapades intimes, et l'on se sent délicatement emporté par le courant d'électro rock de Saycet. Quatre ans après le premier album, ce douze titres est largement au dessus de mes attentes, et même si les critiques étaient optimistes avant l'écoute, je n'en reviens toujours pas du chemin parcouru. En 2006, One day at home signait l'entrée de Pierre Lefeuvre dans la sphère de l'électro introspectif et abyssale. Aujourd'hui Through the window ouvre de nouvelles perspectives vers l'autre et l'ailleurs. Contempler, s'évader, ainsi peut-on résumer cet album. Dans un périple musical fusionnant le piano ("15", "Her movie", "Fireflies"), le chant funambule ("Opal"), et l'électro palpitante et éveillée ("Daddy walks under the snow"), Through the window nous plonge dans des boucles-berceuses, comme une chanson envoie un enfant au pays des rêves. A la différence que ? Le groupe ne fait pas partie des malheureux qui endorment leurs auditeurs d'un usage abusif de rock expérimental. Les amateurs de Múm, Vinc2, et Boards of Canada y trouveront leur part de sensations et d'onirisme. Un coin de paradis rythmé par la voluptueuse voix de Phoene.