indus Indus > Sakya

Biographie > Buddha Bar

Clan prétendant descendre du grand Buddha, Sakya est également un quintet landais créé en septembre 2005. Son rock hybride et déstructuré, teinté de dub, de jungle et d'électro lui a permis de jouer avec des pointures tels que High Tone, Kaly Live Dub ou Tiken Jah Fakoly. Sakya sort en janvier 2011 son premier album, Pré, composé de 6 titres enregistrés au Studio du Manoir (Noir Désir, Zebda) et sur lequel on retrouve le chanteur basque Beñat Achiary.

Sakya / Chronique EP > Pré

Sakya - Pré La fin de l'année scolaire approche tout doucement, chaque élève va se voir remettre le fameux bulletin de note du troisième trimestre, précieux sésame du passage à la classe supérieure. La feuille de notes qui va suivre n'est pas celle d'un écolier mais d'un groupe (normal !). Ce sont donc les landais Sakya qui ont récemment sorti leur premier album, Pré, qui se soumettent à cette épreuve très rare sur le W-Fenec (si tu veux toi aussi noter le groupe, tape 1 et envoie un sms au...). 4 grands critères choisis notés sur 5, on arrive donc logiquement à une note sur 20. C'est parti !

Originalité : 4/5
C'est le point fort de ce groupe qui n'a pas choisi la facilité. A l'image d'un Ez3kiel ou d'un Lab°, Sakya disperse ses influences à gogo dans un disque tantôt dub, tantôt rock, tantôt électro. Quand on connaît les sous-genres dissimulés sous ses étiquettes, on s'imagine bien que la liste peut très vite s'allonger.

Composition - Expression : 3/5
Assembler toutes (ou tout du moins une grosse partie) ses influences musicales pour en faire un univers, ca peut être du "quitte ou double". Globalement, Sakya s'en sort plutôt bien même si certaines tentatives artistiques s'avouent être un véritable désastre. A commencer par ce chant (en est-ce vraiment un?) assez insupportable et irritant venant parfois faire obstacle aux ambiances progressives du quintet ("Titi"). Il faut savoir rentrer dans son univers théâtral initié par le chanteur basque Beñat Achiary ("Gare ou sel"). Si toutes les chansons de Pré ressemblaient à l'épique "Ghost" (d'obédience trip-hop-ethno-asiatique dont les chœurs sont tirés de "Ghost In The Shell 2"), c'était le 5/5 assuré.

Technique : 4/5
Quand la moitié du groupe a son Diplôme d'Etudes Musicales (DEM) (obtenu au conservatoire de musique actuelle de Soustons) et que l'autre est en passe de l'obtenir, on a pas vraiment affaire à des manches. Ca se ressent inévitablement dans ce disque où la maîtrise est le... maître-mot. Chapeaux-bas !

Production : 4/5
Enregistré et mixé au désormais fermé Studio du Manoir (qui n'est situé ni à Montpellier, ni à Colombes), Pré a été bichonné et bénéficie d'un travail d'orfèvre. L'endroit (250 m2 où ont enregistré des artistes comme que Noir Désir) et la personne (l'expérimenté Michel Coustillas) ne sont pas étrangers à cette réussite et au vu des différents éléments sonores à incorporer, c'est encore plus honorable.

Note : 15/20
Premier essai réussi dans l'ensemble pour ces Landais malgré des choix pas toujours très intelligents (voix, construction bancale) mais cela suffit amplement pour la distribution d'encouragements du conseil de classe. Sakya semble avoir trouvé sa voie, à eux de ne pas dérouter.