Punish Yourself 2017 Punish Yourself 2017 Shaârghot revendique l'influence de Punish Yourself, ça fait quoi d'être un modèle ?
Klodia : Ça fait... bizarre !
Pierlox : Bizarre, voilà, mais flatteur. Surtout quand le groupe "influencé" met des tartes.
Vx : Et puis on est peut-être un "modèle" pour eux (sourires), mais on sent bien qu'ils n'ont pas écouté que Punish, et encore heureux. Ils piochent dans des styles qu'on n'a jamais vraiment écouté, l'électro-dark, les trucs à la Rammstein... Au final, ils ont leur identité bien à eux, même si on fait partie de la même famille. Avec quelques années en plus...
Klodia : On est les grand parents indignes !

Vous avez le temps de voir leurs shows ou c'est toujours l'heure du maquillage ?
Vx : J'ai eu d'autres occasions de les voir, et tant mieux, parce que sinon oui, c'est frustrant d'être bloqué en backstage à se peinturlurer. Et entendre de loin ce qui se passe sur scène, en se disant que quand même, ça a l'air bien...
Pierlox : J'arrive toujours à voir quelques morceaux en plus, mais c'est parce que je suis un ninja du maquillage.

Pourquoi les avoir choisis sur ces dates ?
Klodia : Ils sont jeunes, ils sont beaux, ils sont motivés.
Pierlox : Le combo est complémentaire, c'était l'occasion de leur donner un coup de pouce. C'est pas facile pour les groupes qui démarrent de choper des dates, même les très bons. Si on peut aider...
Vx : Et puis c'est des potes, ce qui rajoute une couche de favoritisme à toutes ces vraies bonnes raisons, on connaît Étienne et Clém depuis un bout de temps. Mais s'ils étaient mauvais, on ne leur aurait pas proposé, potes ou pas (rires)

Au moment d'enregistrer le nouvel album, c'était quoi la consigne pour le son ?
Vx : La consigne pour le son, c'était de ne pas perdre du temps sur le son !
Pierlox : Enfin le minimum, en tout cas...
Vx : On voulait aller vers un truc plus naturel, plus live, surtout pour la batterie et les guitares - faire du son brut, sans doubler avec quatre boîtes à rythmes et douze synthés, sans multiplier les pistes pour faire de la masse. Sur certains morceaux, il y a juste une guitare à droite, une guitare à gauche, comme en live, et ça suffit. On a composé avec juste une guitare, la batterie et la voix, sans machines, ça a joué. C'est un format où on ne peut pas se reposer sur le son, il faut que les idées soient efficaces pour que ça ressemble à quelque chose... Et si le squelette du morceau fonctionne comme ça, une fois en studio, pas la peine d'en faire des tonnes.
Pierlox : C'étaient des conditions assez extrêmes.
Vx : Les compos qui ont passé le cap, c'est comme les tardigrades, elles auraient pu survivre dans le vide.

Ça prend du temps à choisir ce son "old school" ? Y-a-t-il beaucoup de tests en studio ou ça se fait avant ?
Vx : À vrai dire, ça s'est imposé un peu tout seul en composant, quand on est arrivé en studio, tout était déjà plus ou moins fixé, on a joué et enregistré les parties qu'on avait prévues, telles quelles.
Pierlox : On a fait quelques essais avec d'autres amplis que les nôtres mais ça n'a pratiquement pas servi dans le mix final.
Vx : Pour avoir un son old-school, il suffit d'avoir des instruments un peu old-school, et de les enregistrer comme ils sonnent naturellement, sans essayer de les rendre plus propres. Mais on n'a pas eu besoin non plus de les rendre plus sales. C'est facile de rajouter des larsens, du souffle et des crachotements pour faire roots/analogique, mais on n'a pas eu besoin.

Le travail sur le son oriente-t-il les compositions ou ce sont les compos qui ont orienté vers ce son ?
Vx : Sur Spin the pig, les morceaux ont fait le son. Sur d'autres albums, ça a souvent été le contraire, surtout à cause de l'électronique, ça se construisait à mesure qu'on rajoutait de nouvelles séquences, de nouveaux samples, quitte à finir avec un truc qui n'avait plus rien à voir avec l'idée de départ... Là on s'est concentré sur l'écriture, on n'a pensé ni à l'emballage, ni aux fioritures, il fallait que ça fonctionne tout seul, avec un son simple et direct.

J'ai l'impression que le son "live" est plus propre que sur l'album, je me plante ?
Pierlox : Plus propre ? Différent, c'est sûr, mais plus propre...
Vx : Déjà sur l'album c'est Xav qui a enregistré la batterie, même si on avait déjà prévu qu'il passe à la guitare en live. Du coup maintenant, avec un nouveau batteur, c'est autre chose, surtout qu'on ne lui a surtout pas demandé de reproduire les parties à l'identique. Il y a aussi Klodia qui chante, Xav et Pierlox aux chœurs, le modulaire de Mika, ça fait pas mal de différences avec le disque... Différent, oui, mais plus propre, j'ai pas l'impression. C'est marrant, en général c'est plutôt l'inverse qu'on nous dit, c'est que les versions studios doivent être vraiment crades...
Klodia : Ou alors c'est notre ingé son qui essaie d'éviter de rendre le public sourd ?
Vx : Ça doit être ça. On n'avait pas ce genre de contrainte, en mixant le disque, nous on est déjà sourds.

Punish Yourself 2017 Punish Yourself 2017 Entre le son et le titre, on pense encore à Ministry, vous n'êtes pas lassés de toujours devoir expliquer que c'est une influence respectable mais pas la seule ?
Vx : Franchement, non. C'est une influence essentielle, assumée, revendiquée, Ministry je t'aime, fais moi l'amour. On n'existerait pas sans le Ministry des années 88-93. Bien sûr on a plein d'autres choses dans notre ADN, et tant mieux si de temps en temps on nous pose la question, mais c'est pas grave si c'est toujours Ministry qui revient, on n'a pas honte de nos premières amours.
Pierlox : Et puis franchement, on préfère ça que de se retrouver comparés à Marilyn Manson.

Ce nouvel opus met en avant le cochon, le petit porc gonflable qui se promène en concert, c'est un clin d'œil à Pink Floyd ?
Vx : À notre grand regret, on n'est pour rien dans les cochons pneumatiques qui ont fait fureur sur les derniers concerts, c'est du fan-made. Pas sûr que les responsables aient pensé au porc volant des Floyd, honnêtement...
klodia : Avec notre public, le spectacle est dans la salle...

La déferlante #Balancetonporc était programmée pour la promo de l'album ?
Pierlox : Même pas. À vrai dire on avait prévu une épidémie mondiale de grippe porcine, mais le label n'était pas d'accord.

Si tu devais être un porc, tu serais plutôt Trump, Weinstein ou le Napoléon d'Orwell ?
Vx : Le Napoléon d'Orwell, non pas qu'il soit plus sympathique mais il a cet avantage - énorme - sur les deux autres d'être, malgré tout, un personnage de fiction. Et puis être un cochon qui parle, c'est cool, quand même, non ?
Klodia : Aucun des trois. Y'a quoi comme truie célèbre ?
Pierlox : Piggy la cochonne, dans le Muppet Show.
Klodia : Je passe mon tour.
Pierlox : Ok, je serais Miss Piggy, si t'en veux pas.

On peut dire que le Punish de Spin the pig est marqué par le Bal des Enragés ?
Vx : Sur la tournée 2016 du Bal, je me retrouvais à chanter entre autres du Slayer, du Dead Kennedys, du Sepultura... Et à me dire que ça me manquait un peu dans Punish Yourself, ce genre de morceaux, alors, oui, j'avoue, ça a contribué au ton du disque, certainement.
Klodia : C'est avec le Bal que j'ai pris l'habitude de chanter régulièrement, sans ça j'aurais eu du mal à prendre le micro dans Punish, je crois.
Vx : Et puis sans le Bal on n'aurait sans doute pas eu l'idée de contacter Monsieur Xa Mesa pour reprendre la batterie live. Idem pour les featurings de Stéphane, tout ça c'est un peu le résultat des tournées du Bal, on est un peu devenu une grande famille, sur la route.
Klodia : Une grande famille de déglingos !

Est-ce que Stéphane Buriez aurait pu venir jouer alors que Miss Z était encore là ?
Vx : Sans souci, pourquoi ?
Pierlox : C'est pas la première fois qu'on a des invités à la guitare sur un album.

L'actualité, c'est des concerts, construire la setlist n'est pas trop difficile ? Quelques titres "importants" ont disparu...
Pierlox : Tu veux dire, "Gay boys in bondage" ?
Vx : Justement non, pour une fois on n'a pas trop galéré à choisir les titres. On voulait jouer l'intégralité, la quasi-intégralité de Spin the pig, avant tout, pour le reste du set chacun a listé les vieux trucs qu'il avait envie de faire, il n'y a même pas eu besoin de voter ou de se battre.
Klodia : On ne peut pas jouer tout ce que le public aimerait entendre, de toute façon, il faut bien faire des choix à un moment ou un autre.
Pierlox : Voilà, tant pis pour "Gay boys", et à vrai dire elle ne nous manque pas trop.

Punish Yourself 2017 Punish Yourself 2017 Il n'y a plus de vidéo derrière vous, pourquoi ?
Vx : La vidéo en backdrop ça n'a jamais été un élément fixe dans Punish Yourself, on l'utilise juste ponctuellement quand c'est possible et que ça n'emmerde pas trop notre lighteux dans son boulot, mais c'est toujours secondaire. Là sur la tournée, on n'a pas eu l'occasion de balancer des images pour l'instant, mais ça se fera.
Pierlox : Ça dépend plus du matériel fourni par les salles que de de nous, en fait, on est dépendants de ce qu'il y a sur place.

Un clip est prévu ?
Pierlox : Pas vraiment.
Vx : Un clip ça coûte du temps et de l'argent, et on n'a pas d'argent ni de temps à mettre dans un clip. C'est peut-être paradoxal, pour un groupe "visuel", mais c'est un support qui ne nous a jamais fait bander, de toute façon.
Klodia : Et on ne va pas faire payer les fans pour un clip, même si tout le monde fait ça, maintenant...

Le W-Fenec fête ses 20 ans début 2018, Punish fêtera ses 25 ans, vous êtes nostalgiques de vos débuts ?
Vx : La nostalgie et moi, ça fait deux, en général (rires). À nos débuts on jouait mal, on n'intéressait personne, pas franchement de quoi remplir une séquence émotion digne de ce nom.
Pierlox : Je suis nostalgique de mon temps de récupération après un week-end de bringue.

Qu'est-ce qui vous manque le plus ?
Vx : Le seul truc que je regrette - un tout petit peu - c'est la vaillante irresponsabilité dont on faisait preuve en toutes circonstances. Mais si on avait continué comme ça, on serait probablement morts, maintenant.

Qu'est-ce que tu regrettes le moins ?
Vx : Le fait qu'on jouait vraiment vraiment très très très mal. Je crois qu'on ne s'en rendait même pas compte, on était sur une autre planète.
Pierlox : Moi j'aurais dit tes tentatives de paroles en français...
Vx : Ah putain oui. Mais ça c'est un truc que j'ai effacé de ma mémoire, ça n'a jamais eu lieu, c'est juste pas possible.

Quelle était ta situation vis-à vis d'internet en 1998 ?
Vx : En 1998, je n'avais pas d'ordinateur, alors Internet... Je suppose que j'en avais entendu parler à la télé.
Pierlox : En 1998, je me demande même si j'avais l'électricité.

Tu te souviens de la première fois que tu as croisé le W-Fenec ?
Vx : J'aimerais pouvoir répondre que j'ai un souvenir précis des circonstances exactes, mais ce serait un peu exagéré, le début des années 2000 m'a laissé des souvenirs un peu... confus, à pas mal de niveaux, c'est un peu mes sixties personnelles... La première interview c'était pas aux 4 Ecluses à Dunkerque ? Ou à Calais, une date avec Zorglub, un truc comme ça ?
Pierlox : Si lui ne s'en rappelle pas...
C'était bien à Calais avec Zorglub ! Celle de Dunkerque, c'est en 2009...
Vx : En tout cas ce dont je me rappelle c'est que le W-Fenec a été un des premiers webzines à parler de nous, avec feu La Spirale, à une époque où c'était pas encore évident de faire sa promo en ligne.

Le net est devenu ta drogue favorite ?
Vx : J'arrête quand je veux !
Pierlox : La drogue, c'est mal !
Klodia : C'est facile pour eux, ils n'ont pas de smartphone...