paraffine 22:22 Paraffine surprend et ce n'est pas tous les jours qu'on est surpris ! Si 22:22 doit faire référence à l'heure qui sonne comme un défi quand on est enfant et qui nous fait toujours sourir, le 22:22 pourrait aussi être la note attribuée aux Grenoblois pour cet incroyable opus. Difficile d'ne parler par rapport à un autre groupe, c'est une sorte de croisement entre Masnada et Virago ! Masnada voire Mass Hysteria pour l'utilisation des samples et des boucles et Virago pour le chant et l'écriture des textes, le "La tension" est tout à fait dans le style de leurs amis Grenoblois... Mais si cet album doit être comparé, il faut bel et bien remonter au formidable Utopia des No one Is Innocent pour trouver de véritables ressemblances. Dans le son des guitares asceptisées pour mieux trancher mais surtout de par l'ambiance qui se dégage, cette sorte de calme pas tranquille du tout, cette atmosphère pesante qui annonce l'orage, "Notre altesse" est dans la droite ligne de ce qu'avait fait la bande de Kmar avant de s'auto-détruire. Quand on sait combien je vénère Utopia, c'est un compliment que je ne pensais pas faire un jour que je fais aux Paraffine. Mais ce groupe ne s'est pas dit "tiens, écrivons la suite d'Utopia" et démontre tout au lond de l'album leur originalité par leur ton très rock, par le choix du français, par leur esprit dansant, par leur côté hypnotique. De l'angoisse à l'épilepsie, nous passons par tous les états, et même quand les morceaux sont moins complexes ("Rumeur et peur"), le rythme imposé nous piège et on passe à la suite sans sourciller. La force de Paraffine c'est son tout, l'ensemble chant en français bien écrit, riffs efficaces, rythmes implacables, samples superbement utilisés ("L'état des longs bras")... bref tout tourne à la perfection, telle une horloge atomique, aucun grain de sable pour empêcher que toutes les 86.400 secondes s'affiche 22:22. Et chez moi, c'est 24 heures sur 24 que ces chiffres sont désormais affichés dans ma discothèque.