Oddateee_1973 Depuis 2009 et la belle découverte hip-hop que fut Halfway homeless, son deuxième album, Oddateee a eu le temps de parfaire ses fréquentations haut de gamme, d'une part par le biais de la longue tournée qui a suivie (en compagnie de noms ronflants tels que Rahzel et KRS-One), et d'autre part, dans divers projets collaboratifs (notons, entre autres, Ben Sharpa, Liars et nos frenchies de High Tone et Marvin). Un homme de bon goût, dira-t-on, et ouvert de surcroît, qui n'hésite pas à traverser l'Atlantique pour le partage des cultures tant est si bien que le natif du Bronx a fait appel à du beau monde pour son troisième album intitulé 1973 : une production participative qui, outre ses acolytes de Dälek, a été confiée au lyonnais Carbon Copies de Picore, au zurichois Bit Tuner et à DJ JS1, le fameux partenaire de Rahzel et membre avec lui du célèbre collectif breakdance Rock Steady Crew. Quant au rayon des invités vocaux, le MC bluffe son monde et se paye la présence (hurlante) d'Aaron Turner (ex-Isis, Old Man Gloom, Greymachine) sur "Left dolo in the hood" et d'MC Skalla sur "Rock and rap". De quoi rendre le truc alléchant...

Si Oddateee amorce son album de façon plutôt détendue, même si on ressent tout de même cette loquacité animée de roublardise qui le caractérise tant, la suite monte petit à petit en puissance. La rythmique se fait alors plus lourde et acérée, notamment sur un "Rock and rap" tonitruant ("Be careful now" est pas mal aussi dans son genre). Mais le new-yorkais nous rappelle assez vite que la linéarité n'est pas trop son cheval de bataille, entretenant continuellement cette tendance à la singularité où des titres assez empiriques tels que "The cities are waiting", "You straight carbon" ou bien "3rd X around" peuvent surprendre de prime abord, un peu comme Busdriver ou Anti-Pop Consortium en leur temps. Et de rappeler en même temps qu'écouter Oddateee n'est pas quelque chose à prendre à la légère, ça se digère avant tout. Son style, pas vraiment éloigné du précédent album, est en adéquation avec la personnalité du MC, farouchement indépendant et enclin aux atmosphères sombres qui lorgnent vers l'indus fouillé. N'est pas pote de Dälek qui veut !

1973 n'est pas seulement l'œuvre d'un rappeur mais d'une association de talents aux créations diverses, ce qui la rend à l'évidence inégale mais variant tout de même les plaisirs. N'étant pas le genre d'album facile d'accès de par ses exigences, il n'est pour autant pas surprenant si (et seulement si) on connaît un peu le bonhomme et le catalogue hip-hop de Jarring Effects (Brain Damage, La Phaze, Hint, Scorn, L'Oeuf raide, Picore, Fumuj, Revo, Ez3kiel...), label qui depuis longtemps prône les fusions d'artistes et les musiques hybrides pour notre plus grand plaisir.