Nic-U - Constellations Depuis quelques années, Nic-U nous livre un album au sortir de l'hiver et si le style évolue un peu, le combo fait à chaque fois preuve de bon goût quant au packaging, au livret et à la sérigraphie, ici, c'est encore très classe avec un jeu d'étoiles pour écrire le titre du nouvel opus, Constellations, et un jeu de transparence pour découvrir les cieux, les paroles et quelques détails. Si de ce côté-là, Nic-U n'a rien changé, il n'en est pas de même pour la musique, poursuivant dans la direction de The end of anti-parallelism, les guitares ont presque lâché prise, laissant toute la place aux bidouillages, aux sons parasites et aux chants. Des chants pluriels en effet car Marine Keller, un peu plus connue en solo sous le nom de See you Colette (Myspace/MKOnYourEars), vient poser sa voix sur quelques morceaux marqués par le calme, la mélancolie et parfois un certain désespoir. Sans forcer les rythmes, Nic-U installe des atmosphères tendues et pousse à l'extrême le sentiment de mal être de celui qui se plonge dedans, on frôle la nausée auditive tant les triturations sonores nous retournent les tripes par moment, les éclatantes apparitions de Marine ne font que renforcer les malaises quand elle laisse sa place aux maîtres des lieux et à leurs quasi cantiques.
Bien moins rock que par le passé, ce Constellations ne m'a pas franchement convaincu, trop électro, trop dérangé, trop dérangeant, c'est un ensemble extrêmement obscur qui demande beaucoup trop à celui qui s'en approche pour être séduisant, ou alors, il faut être un peu masochiste...