indus Indus > Nervenbeisser

Nervenbeisser / Chronique EP > Alles gut

Nervenbeisser - Alles gut Quelques semaines avant le nouveau Rammstein, l'Allemagne nous envoie l'EP de Nervenbeisser, combo qui offre une forme de synthèse électro-goth-métal-indus entre les premiers cités et Oomph! avec qui ils tournent. Un EP histoire d'avoir une petite actualité à un moment où on va donc pas mal parler de ce genre de musique. Moins EBM et plus martial ("Probleme"), les 4 titres et 2 remix qui garnissent l'opus ne sont pas pour autant des compos écrites et enregistrées à la va-vite, les ambiances amenées par les samples (et les chœurs sur "Liebesschmerz"), les mélodies ("Alles gut"), les riffs, la rythmique (y compris quand elle ralentit comme sur "Märchenland") sont très travaillées et on devrait retrouver ces morceaux sur un album davantage exposé. En bonus, Andy Haywire remixe "Verkehrte welt" (paru sur Zeitenwandel) en mode rave party ou soirée mousse belge (et je ne parle pas de la bière), l'intérêt est tout relatif, surtout comparé à la version alternative de "Alles gut" proposée par Das Ich (excusez du peu), le titre est moins dénaturé mais le côté sombre des pionniers de la vague électro indus teutonne donne une autre lecture laissant croire que tout ne va pas si bien...

Nervenbeisser / Chronique LP > Zeitenwandel

Nervenbeisser - Zeitenwandel Olaf Seider a débuté sa carrière de musicien tritureur de son dans les années 90, impliqué dans plusieurs projets, il revient sur le devant de la scène avec Walter Stobbe et un batteur pour Nervenbeisser (que l'on peut traduire par "mordeur de nerf"). Leur nouvel album sort chez Echozone, label bien connu par les amateurs d'EBM et de goth-indus outre-Rhin (Herzparasit et une quarantaine d'autres) mais pas seulement (Eilera, An Erotic End Of Times, Porn). Le duo écrit des titres parfois déroutants ("Glucklick allein") mais plus souvent dans une veine qui devrait plaire aux amateurs d'un mariage entre Skinny Puppy et Oomph!. Capable de miser sur le bidouillage des sons comme sur les riffs, la paire trouve le juste équilibre également sur le chant qui sait être aussi vindicatif que mélodieux ("Du gehst" et ses airs de B-Side de Rammstein). La présence d'un vrai batteur de donne pas beaucoup de chaleur à l'ensemble qui reste très froid, marqué par les machines ("Sieh in dein herz") comme par les sons en vogue dans les années 90. Pour autant, Zeitenwandel (qui peut se traduire par "Les temps changent") est un album assez moderne pour lequel les initiés devraient trouver de l'intérêt.