mp_promo1.jpg Concrètement, Moon Prototype, c'est maintenant un groupe à part entière selon toi, ou plus un projet solo autours duquel gravitent plusieurs entités ?
MP a 10 ans cette année. J'ai commencé sur un pauvre ordinateur de bureau en 98, un ordinateur qui n'était même pas à moi. Je bidouillais, je m'amusais. J'avais un groupe à côté et je considérais donc MP comme un projet personnel sans grande ambition... Puis j'ai eu des problèmes personnels puis familiaux, je me suis retrouvé dans un gouffre sans fond. Je me suis raccroché à la musique, ne pouvant plus sortir de chez moi. J'ai continué mes bidouillages sur du matériel qui, au fil du temps, a évolué... De là sont sortis 3 premiers EP's (Moon Prototype, W Project puis Relive). Musicalement, ça relève de l'anecdotique (sauf peut-être Relive) mais bon, il y a un début à tout... Puis est arrivée oR.hal et avec elle ce que je considère comme le vrai premier album de Moon Prototype : Melanclimax. Pour en revenir à ta question, je considère que MP c'est moi et oR.hal... Les musiciens qui gravitent autour sont des amis, que j'apprécie mais qui ont leurs propres projets. Le partage de la composition fait partie intégrante de MP...

Initialement attendu pour le printemps 2007 si je ne me trompe pas, Dusty lane ne sort numériquement que ce mois-ci... ce retard est dû à quoi ?
C'est exact, les bases de l'album sont établies depuis fin 2006. A cette époque je venais d'achever la première version de Dusty lane. J'étais vaguement en contact avec Patrick Jammes (Intoxygene), en parallèle. Je lui ai demandé de me donner quelques conseils pour la sortie de l'album (pressage, imprimerie et autres réjouissances...). Etant dans l'édition, il était une des meilleures personnes pour m'aiguiller... Il a voulu écouter l'album, ça lui a plu et il a décidé de me suivre et de faire évoluer l'album pour éventuellement le sortir sur Intoxygene... Après plus d'un an de conseils et d'échanges, on a peu à peu pris des distances. J'ai demandé du concret, je n'ai finalement rien eu. Retour à la case départ. J'ai donc pris la décision de le sortir moi-même... Point positif, j'ai appris quelques trucs durant cette collaboration, dont le fait que je ne suis plus intéressé par ce « business » de la musique. Je préfère de très loin la liberté de composer un morceau le lundi et de le sortir le mardi sur internet... Chose totalement impossible avec un label.

L'album est très dense, onirique et tout en métaphore(s), tu l'as enregistré en plusieurs endroits, tu peux en parler ? Quel était le concept de départ de ce disque ?
Alors oui, en effet, l'album a voyagé, mais je n'ai pas fait de déplacement(s). Tout s'est déroulé virtuellement : la guitare a été enregistrée à Bruxelles, la basse à Tours, les chants féminins à Pékin et tout le reste a été fait à Paris... Tout ces échanges ont été réalisés via internet. J'aime cette idée de pouvoir composer un album à distance, chacun dans son univers géographique. Je pense que ça se ressent sur l'album... Ca n'était pas le concept de l'album, mais ça pourrait devenir celui de MP, tout simplement.

J'ai trouvé ce disque assez cinématographique, du coup, je me suis demandé ce qui inspirait l'écriture des albums de MP ?
Je n'arrive jamais à répondre correctement à ce genre de question. Je ne compose pas de façon méthodique. En général, je pars d'un son totalement anodin puis j'en ajoute un autre, puis une rythmique, puis j'oublie le morceau... Je passe à un autre, avec la même démarche... Puis j'y reviens, je pose un chant... C'est donc en improvisation que la plupart des morceaux naissent... Ensuite, vient la phase de collaboration, où les autres viennent donner un sens à tout ça. C'est la phase la plus importante, celle qui donne l'âme. Sans cette étape, les morceaux ne seraient que des sons mis bout à bout.

mp_promo2.jpg Tu avais une idée précise de comment tu voulais que Dusty lane sonne avant de commencer à travailler ?
Je voulais un album plutôt ethnique, oriental... Le premier morceau terminé était "Scorn kills them"... Ca résume assez bien la tonalité de départ. Mais encore une fois, je laisse aller les choses, j'essaye de ne pas les contrôler. J'aime les surprises... Tu sais comme quand tu cuisines, que tu penses rater ton plat et qu'au final, en y goutant, tu trouves ça meilleur que ce que tu voulais faire, bien que ce soit totalement différent.

La sortie de ce nouvel album a été précédée de quelques jours par la mise en ligne de Born into this, tu vois cet EP comme un complément de l'album ou comme un essai complètement différent ?
Quand j'ai sorti Born into this, je ne savais pas si Dusty lane sortirait dans 1 semaine ou dans 1 an... J'avais envie de composer quelque chose de A à Z dans l'urgence. C'est là que j'ai décidé du concept "1 week, 1 hour, 1 track". J'ai rassemblé tous les samples dont j'avais besoin et j'ai tout fait en une semaine. C'est donc un processus de composition différent de celui de Dusty lane et ca n'en est pas un complément non plus. J'ai voulu me faire plaisir, et je recommencerai !

La discographie complète (ou presque) de MP est désormais en téléchargement libre sur moonprototype.com, j'imagine que tu crois (tout du moins en partie) en la dématérialisation de la musique et sa gratuité, ne pourrait-on pas imaginer des sorties sur supports physiques "à la demande" pour les albums, ou en éditions ultra-limitées ?
Oui et non. Disons que si je ne distribue pas mes albums sur support physique, c'est en grande partie dû au coût de ce genre de distribution... Presser un album coûte excessivement cher. Sans parler des démarches administratives si on veut faire ça bien. C'est rédhibitoire... Alors comme je n'ai pas envie de faire des CDR's (comme j'ai pu le faire par le passé), je profite d'internet, ce magnifique outil de communication qui te permet de passer ton album à quelqu'un à l'autre bout du monde, en direct, sans frais de port, sans délai. Mais bien sûr, si un jour j'ai les moyens de sortir mes productions sur support physique, je le ferai. Je ne fais pas partie de ceux qui pensent que les CD ou les vinyles sont définitivement morts et enterrés.

Je dis (presque) parce que tu as fait des remixes de pas mal de groupes ces dernières années : All Angels Gone, Dont Look Back, NIN, Thot, Team Sleep etc... que tu n'as pas mis en téléchargement libre par contre, pour une question de droits j'imagine ?
Oui, c'est effectivement pour ça. Ces morceaux ne m'appartiennent pas, même si je les remixe, je n'en suis pas l'auteur. Je les laisse en libre écoute mais je ne donne pas la possibilité de les télécharger au même titre que le reste de ma discographie. Aux groupes de décider de ce qu'ils veulent faire de leur musique.

Tu as d'autres projets musicaux extérieurs à la sphère MP ?
Je collabore avec Frail, projet personnel de Cgregz, qui s'occupe des parties de basse sur Dusty lane. J'aime beaucoup ce qu'il fait et je suis ravi d'y apporter ma patte. A part ça, je manque cruellement de temps pour m'investir dans d'autres choses.

mp_promo3.jpg Dernière découverte musicale ?
Zombi, je les avais vus en 2006 en première partie de Isis à la Maroquinerie. Je n'avais pas du tout accroché, à chaud, mais dernièrement j'ai entendu l'album Cosmos chez un ami, et là j'ai pris une claque. J'adore leur son 70's, c'est génial.

Dernière toile ?
Les deux derniers que je sois allé voir et qui m'ont vraiment retourné sont Into The Wild et 3:10 to Yuma... Deux univers bien différents mais deux chefs d'oeuvre.

A propos d'actu récente, toi qui sembles assez proche de l'univers de Nine Inch Nails, que penses-tu de la démarche de Trent Reznor qui après avoir soldé son contrat avec Interscope (Universal) a décidé de reprendre son indépendance, de sortir des disques par ses propres moyens, en mettant même un en téléchargement gratuit en début de semaine dernière (The Slip) ?
Alors... J'ai eu un débat houleux à ce sujet avec quelques personnes. Disons que lorsqu'on s'appelle Trent Reznor, il est relativement facile de faire ce genre de démarche, après avoir vendu des millions d'albums, gagné des millions de dollars, c'est pratiquement sans risque... Il n'a plus rien à gagner ou à perdre. Tout le problème vient de la raison pour laquelle il a pris cette décision. Je pense que tout part d'une histoire d'argent. Reznor a voulu mettre tous ses fans à la même enseigne, en leur proposant ses albums à prix unique (et non 9$ aux USA contre 35$ en Australie). Sur ce point là, c'est honorable. Cela dit, je trouve que musicalement ça ne lui réussit pas vraiment. Il est passé d'un album riche et recherché tous les 4 ou 5 ans à une production médiocre tous les 2 mois. La qualité est plus qu'inégale à mon goût. Il est en train de tomber dans la boulimie. Je t'avouerai que j'ai décroché depuis Year Zero. Dans la "révolution" des grands noms de la musique, je préférerai prendre Radiohead comme exemple. La sortie totalement inattendue de In Rainbow, ça, ça a été vraiment génial.

J'ai la flemme donc je te laisse le mot de la fin
J'ai beaucoup parlé, donc je te rejoins dans ta flemme. Je te remercie pour ces questions et j'ajouterai simplement que les castors lapons sont définitivement hermaphrodites ! (rires)