ministry : Houses of the Molé Depuis quelques albums, Ministry nous avait offert de bons skeuds "de série", ils montraient à chaque fois une certaine évolution du combo ou un petit retour à leurs origines, quelques semaines aprés sa sortie, on peut penser que Houses of the Molé n'est pas un album de série et qu'il marque une nouvelle étape importante dans l'histoire du groupe. Si ce constat était obligatoire aprés le départ de Barker (l'homme aux machines) et le retur de Scaccia (l'homme à la guitare de -entre autres- Psalm 69), il n'était pas évident pour le groupe de tout exploser comme ils le font avec cette pléiade de titres en "W" ! Et si on parle beaucoup de la source d'inspiration nuémro 1 (à savoir George W. Bush et l'impérialisme américain), on oublie trop souvent de dire combien ça a rendu virulent Al et ses potes : cela s'exprime dans l'introduction diabolique -evil- d'un "Carmina burana" à fragmentation, la vitesse d'éxécution de "Warp city" ou "WTV", dans les soli aiguisés ("Worthless", "WKYJ"...), dans le poids des rythmiques de "Waiting" ou "World"... Et bien entendu avec une foultitude de loops et de samples venus de la Maison Blanche et d'ailleurs... Le tout dans une atmosphère qui est celle du Psalm 69, tonton Al attend toujours un "NWO" et aprés avoir énergiquement crié sa véhémence calme le jeu sur "Worm", traditionnel dernier titre posé et étiré. Mais Houses of the Molé ne s'arrête pas là et poursuit sa campagne électorale avec deux titres cachés, un titre (anti-patriotique ?) ultra speed et un remix plus obscur.
On ressort vidé de cette heure passée avec le programme de Ministry, n'étant pas ricain, on a du mal à comprendre la portée d'un tel opus mais ce qui semble clair, c'est qu'il donne envie de se battre ... mais pas en Irak...